Aller au site principal

Actualités

En Sibérie pour documenter les effets du changement climatique

Annelen Kahl(à dr.),X. Buchwalder(dos),F. Gerber(dr.),A. Riedhauser (à g.).© J.Caillet/EPFL

Annelen Kahl(à dr.),X. Buchwalder(dos),F. Gerber(dr.),A. Riedhauser (à g.).© J.Caillet/EPFL

Annelen Kahl, post-doctorante en sciences et ingénierie de l’environnement à l’EPFL, encadrera durant trois semaines le travail de quatre étudiants de l’EPFL sur une île russe abritant une station de recherche high-tech. Une expédition à suivre sur le blog EPFL Out There.

Au nord-est de la Russie, le fleuve Lena forme un delta de quelque 1500 îles presque toutes inhabitées. Au milieu d’elles se trouve l’Ile de Samoylov qui abrite sur 5 kilomètres carrés une base de recherche russe ultra moderne. Quasi un décor de James Bond.

C’est dans ce paysage esseulé de la Sibérie arctique que débarquera le 19 août une équipe de six chercheurs de l’EPFL. La station a été construite en 2010 afin de développer au niveau mondial les recherches environnementales en Arctique. Des chercheurs russes y travaillent toute l’année en partenariat avec des scientifiques du monde entier dans une approche interdisciplinaire.

La station de Samoylov représente un poste privilégié pour observer le dégel du permafrost. C’est d’ailleurs le sens de la mission de l’équipe suisse. En partenariat avec des chercheurs russes, quatre étudiants de master de l’EPFL vont étudier les effets du changement climatique sur le permafrost et le manteau neigeux: Nicolas Jullien et Xavier Buchwalder, étudiants de sciences et ingénierie de l’environnement, et Annina Riedhauser et Flore Chappuis, étudiantes en physique.

Franziska Gerber et Annelen Kahl, toutes deux post-doctorantes au Laboratoire des sciences cryosphériques (CRYOS) de l’EPFL, codirigeront les chercheurs durant toute l’expédition. Annelen Kahl relatera leur quotidien sur le blog EPFL Out There, dédié aux missions scientifiques à l’étranger.

Découvrez le premier post de la mission

#SiberianSnowpack http://epfloutthere.tumblr.com/

Modélisation et données météorologiques

L’équipe se servira du modèle numérique Alpine 3D, développé par le groupe de Michael Lehning à l'Institut pour l'étude de la neige et des avalanches (SLF), pour modeler l’épaisseur et la structure de la neige. Ceci afin d’anticiper l’impact du changement climatique sur le manteau neigeux. Durant leur séjour, les chercheurs rassembleront également un ensemble de données météorologiques grâce à plusieurs instruments qu’ils emmèneront avec eux. Deux disdromètres leur permettront de mesurer grâce à un laser la vitesse et la taille des flocons de neige et des gouttes de pluie. Trois stations météorologiques «SensorScope» récolteront quant à elles toute une série de données, notamment, la température et l’humidité de l’air et du sol ainsi que la direction et la vitesse du vent. Trois cylindres métalliques leur permettront également de quantifier l’infiltration de l’eau dans le sol.

Bloggeuse et aventurière aguerrie

Après un bachelor en physique à Göttingen, en Allemagne, puis un master en sciences des matériaux mené en Pasadena, en Californie, Annelen Kahl a effectué un doctorat en hydrologie de la neige à Santa Barbara, également situé en Californie. Elle étudie actuellement l’impact de la neige sur les performances des panneaux photovoltaïques au sein du laboratoire CRYOS de l’EPFL, dirigé par Michael Lehning. Passionnée de course et de grimpe en haute montagne, elle a déjà rédigé des blogs à titre privé pour relater ses aventures.

L’île de Samoylov se situe dans le delta du fleuve Lena, au nord-est de la Russie. © Google maps

Deuxième édition
Le programme d’études régionales (area studies) «Geneva Global» est à l’origine de l’expédition scientifique sur l’île de Samoylov. Depuis 2016, il vise à développer sur l’arc lémanique une recherche interdisciplinaire entre les Université de Genève et Lausanne et l’EPFL. Concrètement, les cours offrent aux étudiants de master la possibilité de mener une expérience pluridisciplinaire à l’étranger durant leurs études, en leur faisant bénéficier notamment d’informations sur la culture de leur pays d’accueil. Les cours sont axés sur l’interdisciplinarité, le terrain et l’altérité. Ils garantissent une expérience professionnalisante. La Russie représente le projet-pilote du programme d’étude mené en partenariat avec l’Université fédérale du Nord, Arkhangelsk (NARFU) et l’Institut de recherches en Arctique et Antarctique de Saint-Pétersbourg (AARI). Il s’agit de la deuxième expédition du genre à laquelle prend part l'EPFL (Lire EPFL Actualités du 02.10.2017).

Source: Mediacom
Connexion