Actualités

Les étudiants de l'EPFL font revivre la Buvette d'Evian

Le Belvédère, construit prêt de la Buvette d'Evian. © Dylan Perrenoud / EPFL

Le Belvédère, construit prêt de la Buvette d'Evian. © Dylan Perrenoud / EPFL

Après une période de test sur les rives suisses du Léman, près de 150 étudiants en architecture de première année de l’EPFL vont traverser le lac pour installer de nouvelles formes d’architecture et de jardins autour de la Buvette d’Evian. L’inauguration de cet ensemble se tiendra le 28 mai, en présence des autorités de la ville thermale. 


Répondant à l’invitation de la section romande de la Fédération des Architectes Suisses à traverser le lac, l’EPFL s’est intéressée à la préservation du patrimoine architectural au-delà des frontières helvétiques. Le nouveau projet pédagogique mené par les 150 étudiants de première année en architecture de l’EPFL propose de voir le Léman comme un ensemble uni aux enjeux patrimoniaux et environnementaux communs à travers la Grange au Lac de Patrick Bouchain, construite en 1993 pour le violoncelliste Rostropovitch, et la Buvette d’Evian, construite en 1957 par l’architecte français Maurice Novarina, l’ingénieur Serge Ketoff et le constructeur Jean Prouvé.

Raviver la Buvette
Durant le semestre d’hiver, les étudiants de l’EPFL ont été sensibilisés à la préservation de la biosphère et au rôle de l’architecte dans ce contexte. Durant le semestre de printemps, ils ont préfabriqué des protostructures en bois, destinées à être assemblées sur les rives de la ville thermale, à proximité des deux célèbres bâtiments. Parmi ces architectures de bois se trouvent des scènes, un écran de projection, un jardin, un belvédère, une serre, des balançoires d’eau et un mur d’oiseaux. L’ambition de ce projet pédagogique piloté à l’EPFL par l’Atelier de la conception de l’espace (ALICE), est de ramener de la vie autour de la Buvette, délaissée depuis près de trente ans malgré son classement aux Monuments historiques de France. 

Après une première phase de préfabrication du côté suisse, les projets des étudiants traverseront le lac en bateau le 27 mai prochain. Les étudiants et des représentants des autorités éviannaises, de la Fédération des Architectes Suisse et d’Evian Resort inaugureront ces installations le 28 mai. Des concerts avec les quatuors Zéphyr et Tuorka du Conservatoire de Lausanne, une pièce de théâtre intitulée «Paysages Impossibles» de Sébastien Grosset et une performance sonore de Louis Jucker sur la thématique du paysage sont prévus les 28 et 29 mai. 

Nombreux projets
La Fédération des Architectes Suisses (FAS) Romandie travaille sur le potentiel de la Buvette d’Evian depuis 2014: «Les étudiants du Laboratoire ALICE participent avec ce projet au réveil de la Buvette d’Evian et s’intègrent pour nous dans un programme plus large de revalorisation du site. Sur le projet de restauration de la Buvette, auquel a déjà collaboré le Laboratoire de techniques et de sauvegarde de l’architecture moderne (TSAM) de l’EPFL, sont venus se greffer la candidature de Lausanne et du bassin Lémanique pour l’organisation du congrès de l’Union Internationale des Architectes de 2023, puis le projet transfrontalier LAC 2020-2023 (Léman Architecture Connexion), en collaboration avec le Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement de Haute-Savoie. Chaque projet développe sa propre excellence et vise à redonner à la Buvette et à ses alentours une fonction culturelle de premier plan intrinsèquement reliée au paysage lémanique», expliquent les présidentes de la FAS, section Romandie, Jeanne della Casa et Sarah Nedir.

Des liens sous-exploités
Pour Dieter Dietz, professeur d’architecture à l’EPFL et directeur de l’Atelier de la conception de l’espace (ALICE), le projet montre que la Buvette d’Evian, en tant qu’icône de l’architecture moderne, peut stimuler les échanges franco-suisses: «Je ne vois pas la Buvette comme un objet séparé de la ville, mais plutôt comme une infrastructure liée à la question du Léman», souligne-t-il. «Elle pourrait permettre de créer des connexions qui sont existantes aujourd’hui mais peu perceptibles. Si la situation actuelle est différente de celle des années 1970, où les deux côtés du lac incarnaient des nations clairement séparées, les liens sont aujourd’hui encore sous-exploités. Nous avons donc essayé de construire grâce à divers partenariats un narratif à la fois culturel et territorial.» 
Du côté de la ville d'Evian, l'initiative est perçue avec fierté: «Accueillir les étudiants de l'EPFL et leurs réalisations démontre les liens qui unissent les deux rives du lac Léman», indique son Maire, Josiane Lei. «L'importance que la ville accorde à la protection et à la valorisation de son identité patrimoniale et architecturale s'associe naturellement à ce projet d'étude autour de la buvette Prouvé Novarina».

Architecture en évolution
Intitulé Becoming, le projet de l’EPFL inaugure un nouveau triptyque pédagogique piloté par ALICE. Celui-ci donne suite à la série HOUSE 1, HOUSE 2 et HOUSE 3, des structures en bois montées successivement à Lausanne, Zurich et Bruxelles. Dieter Dietz défend avec le concept «Becoming» une architecture en perpétuelle évolution et qui contribue au changement de valeurs nécessaires à la sauvegarde de la planète: «Nous avons désormais pour but d’apprendre comment situer des idées et des constructions spatiales, non seulement en relation avec la société, mais aussi en relation avec la vie en général, nos ressources sur cette planète et, très littéralement, comment enraciner l’architecture pour la laisser vivre et «devenir» - d’où le nom de ce projet en triptyque.» 

Nomination et prix
Le projet HOUSE 2 a été nominé en 2017 aux «Hochparterre Awards», dans la catégorie «Design». En décembre 2017, le projet HOUSE 1, réalisé en 2016, a reçu le Prix suisse du design dans la catégorie «Recherche».