Une application qui détecte le coronavirus

© 2020 EPFL

© 2020 EPFL

Des scientifiques de l’EPFL ont créé un système, basé sur l’intelligence artificielle, capable de déceler le Covid-19 à l’aide de la toux

Enregistrez votre toux sur votre téléphone et il vous dira si vous êtes positifs, ou non, au Covid-19. « Coughvid », tel est le nom du projet original qu’ont lancé cinq scientifiques du Laboratoire de Systèmes Embarqués (ESL) de l’EPFL. Mais comment une application pour smartphone peut-elle déterminer si l’on est atteint du coronavirus ? « Nous sommes partis d’une statistique de l’Organisation mondiale de la Santé. 67,7 % des patients touchés par cette maladie présentent un symptôme de toux sèche. Cela signifie qu’aucun mucus n’est produit, contrairement à la toux grasse typique d’un rhum ou d’une allergie », indique David Atienza, professeur à la Faculté des Sciences et Techniques de l’Ingénieur, directeur du ESL et membre de l’équipe. Encore en phase d’élaboration, « Coughvid » sera disponible dans les prochaines semaines.

Gratuit et anonyme

Après avoir téléchargé l’application, il suffira d’enregistrer sa toux afin de connaître le résultat instantanément. « Nous voulons proposer un dépistage à grande échelle, pratique et fiable. C’est une alternative aux tests classiques », explique le scientifique. Non invasif, gratuit, anonyme et facile d’utilisation, les avantages de ce dispositif sont nombreux. « L'application vise à atteindre un taux de précision de 70 % lorsque suffisamment de données seront collectées et utilisées pour les tests. Toutefois, cela ne dispense pas d’aller chez le médecin. L’application ne se substitue pas aux examens médicaux », affirme David Atienza.

L’intelligence artificielle au service des malades

Les chercheurs recourent à l’intelligence artificielle pour distinguer les toux en fonction du son qu’elles produisent. « Nous n’inventons rien. L’analyse du bruit de la toux a déjà fait ses preuves pour diagnostiquer la coqueluche, l’asthme ou encore la pneumonie », ajoute le professeur.

À l’heure actuelle, l’équipe de scientifiques doit récolter un maximum de matériel afin de permettre au système informatique de classer les sons de toux entre ceux émis par des patients atteints du coronavirus, des sujets sains et ceux souffrant d’autres problèmes respiratoires. « Une fois que l’on possédera suffisamment de données, nous lancerons l’application. Cela peut prendre encore quelques semaines », révèle David Atienza. En attendant, les personnes malades, qui souhaitent contribuer au développement du projet, peuvent enregistrer leur toux sur le site web de « Coughvid » et sur son application mobile.

« HelpfulETH », une solution d’ingénieurs face à l’épidémie
L’application « Coughvid » fait partie de « HelpfulETH », un plus vaste projet alliant les deux écoles polytechniques fédérales : l’EPFL et l’ETH Zürich. « HelpfulETH » propose aux hôpitaux et autres établissements de soins de santé des solutions pour lutter efficacement contre le coronavirus. Qu’ils soient étudiants, doctorants ou encore professeurs, les quelque 100 participants mettent leurs compétences en ingénierie au service des professionnels de la santé. Pour le moment, une douzaine de projets, dont « Coughvid », sont en cours d’élaboration. D’autres pourraient bientôt voir le jour.

Auteur: Valérie Geneux
Source: EPFL