Un été sur les chapeaux de roue pour l'EPFL Racing Team

Pour se qualifier, l’EPFL Racing Team a dû démontrer son expertise technique. ©Alain Herzog/EPFL

Pour se qualifier, l’EPFL Racing Team a dû démontrer son expertise technique. ©Alain Herzog/EPFL

Avec sa monoplace de course électrique, l’équipe de l’EPFL participera aux compétitions étudiantes du circuit Formula Student en Suisse, République Tchèque, Hongrie et Allemagne cet été.


Pour l’EPFL Racing Team, c’était le dernier examen de la session. Mais non le moindre! Le 31 janvier, les étudiants, dont bon nombre sont issus de la Faculté des Sciences et Techniques de l'Ingénieur, ont passé une journée à démontrer leur expertise technique en vue des qualifications pour les compétitions de Formula Student de cet été. Résultat: ils se sont qualifiés pour les épreuves tchèques, hongroises et allemandes cet été. La saison commencera toutefois le 15 juillet à Zurich, une compétition pour lequel ils étaient déjà qualifiés du fait de leur nationalité. L’été se passera donc sur les chapeaux de roues pour les près de 50 étudiants, dont deux étudiantes, engagés dans l’aventure de la course automobile!

Pour bon nombre des membres de l’équipe, le défi a commencé il y a plus d’un an. « Notre voiture 2020 est le résultat de toute l’expérience en 2019 et des leçons que nous avons apprises de nos erreurs, résume José Hajjar, responsable partenariats. L’an dernier notre objectif était d’avoir une voiture qui roule. Cette année, c’est d’avoir une voiture performante.» Concrètement, «nous faisons la même chose, mais deux fois mieux.»

Les améliorations et les efforts ont été en particulier déployés sur plusieurs axes: le moteur, le poids, les batteries, l’agencement et la structure. Ainsi, la monoplace électrique de l’EPFL Racing Team comprendra deux moteurs, un pour contrôler chacune des roues arrière, soutenus par une assistance électronique à la place du différentiel. «Un programme de contrôle va prendre en compte en temps réel tous les paramètres fondamentaux de la voiture afin de contrôler des éléments tels que le dérapage ou la stabilité de la voiture, et donc d’améliorer beaucoup les performances», précise Pierre Georges, responsable de l’équipe.

Plus légère et plus performante

Un gain en intelligence, mais une perte de poids grâce à la suppression de matériel mécanique. Au final, si la voiture de 2020 présente plus ou moins le même design que l’an dernier, elle va passer d’environ 300 kg à quelque 200kg. Les améliorations concernent les processus de construction, mais aussi les matériaux, en utilisant par exemple davantage de fibres de carbone. Autre vecteur déterminant d’amélioration: la batterie. «En utilisant des connexions en cuivre entre les cellules de batterie, on peut diminuer la résistance et ainsi augmenter le rendement tout au long de la course», précise José Hajjar. Ces innovations ne sont pas sans conséquence sur les coûts: entre 2019 et 2020, le budget a quasiment doublé.

Enfin, «cette année, nous avons repensé chaque élément et sa manière d’interagir avec le reste de la voiture», résume Pierre Georges. En outre, l’équipe bénéficie du soutien de l’école à travers le programme MAKE et des conseils éclairés du professeur Mario Paolone, une pointure dans le domaine des batteries.

Présentation publique le 12 mai

A ce jour, le design des éléments est terminé, la construction des pièces maison est en cours et l’assemblage final aura lieu entre mi-mars et mi-avril. A temps pour le 12 mai, date à laquelle le bolide sera dévoilé au public au Forum Rolex. La première compétition se tiendra du 15 au 19 juillet à Zurich. Suivront pour l’EPFL Team, Most, en République tchèque, du 20 au 26 juillet, Zalaegerszeg, en Hongrie, du 4 au 9 août et enfin Hockenheim, en Allemagne, du 17 au 23 août.

Créée il y a 40 ans, la Formula Student propose aux élèves ingénieurs de concevoir une monoplace de course pour participer à des compétitions qui se déroulent dans différents pays. Le défi comprend non seulement la conception d’une monoplace de course, mais aussi 9 compétitions en Europe par année. Les véhicules sont jugés à travers trois épreuves statiques orientées sur les solutions technologiques adoptées, la gestion des coûts et la présentation. Les cinq épreuves dynamiques portent sur les performances pures de la monoplace (accélération, skid-pad, autocross, endurance et efficacité énergétique).