Trois projets d'étudiants récompensés par le Prix Durabilis

(De g. à d.) Alexandre Rychner, Loïc Bernet, Nina Haftka, Stéphanie Roux et Catherine Nachbar © 2017 A. Kolendowska

(De g. à d.) Alexandre Rychner, Loïc Bernet, Nina Haftka, Stéphanie Roux et Catherine Nachbar © 2017 A. Kolendowska

Un jury de l’EPFL et de l’UNIL a attribué des prix à trois réalisations d’étudiants lors de l’édition 2017 du concours Durabilis, qui met en valeur des réflexions tenant compte du développement durable.

Sept projets étaient en compétition pour le second tour du concours Durabilis, qui récompense depuis 10 ans des projets d’étudiants de l’EPFL et de l’UNIL qui tiennent compte de facteurs de durabilité environnementale, sociale et économique. Le jury a choisi de récompenser trois travaux, qui ont été présentés au public lors de la cérémonie de remise des prix, mercredi 15 novembre à l’UNIL.

Charlotte Weil a été félicitée pour son projet de visualisation de données de services écosystémiques, qui a pour but de promouvoir des décisions plus durables. Elle a illustré son travail en prenant exemple sur la région de Nairobi. Le jury a relevé la créativité et l’intelligence d’un travail qui permet d’illustrer des données avec précision, un élément clé de la communication scientifique d’aujourd’hui. Étudiante à l’EPFL, Charlotte Weil vient d’obtenir son diplôme d’ingénieur en environnement après avoir terminé son projet de Master à l’Université de Sanford.

Loïc Bernet, Nina Haftka et Catherine Marielle Nachbar ont été primés pour leur projet de design urbain pour les Côtes de la Bourdonnette à Lausanne, pour lequel ils se sont inspirés de deux quartiers construits selon les préceptes de Leberecht Migge à Francfort dans les années 1920. Le jury a apprécié le côté «méticuleux et original» de ce projet, et son regard neuf sur l’aménagement d’un quartier en tenant compte des métabolismes, ce qui permet de minimiser l’empreinte environnementale du quartier.

Enfin, Stéphanie Roux et Alexandre Rychner ont quant à eux présenté une nouvelle forme d’habitat évolutif destinée aux réfugiés. Baptisé «HabERI», le travail de Master des deux étudiants en architecture a séduit le jury en montrant la réalité des camps temporaires destinés aux réfugiés, et en saisissant «de manière remarquable et stimulante les enjeux sociaux et environnementaux d’une nouvelle forme d’habitat évolutif léger et durable.» Composé de caissons de bois évolutif, le kit HabERI permet de répondre aux situations d’urgence, avant d’évoluer en habitat plus ou moins temporaire.

La soirée de remise des prix a aussi été l’occasion pour Jean Rosset, président de la Société forestière suisse et ancien inspecteur fédéral des forêts, de donner une conférence sur le thème : «De l'ingénierie forestière à la forêt comme source d'inspiration pour une société durable: Itinéraire d'un chercheur de sens».

Le concours Durabilis est organisé grâce au soutien de la Vice-présidence pour l’éducation de l'EPFL, du Dicastère Enseignement et affaires étudiantes de l'Université de Lausanne et de la commune de St-Sulpice.

Plus d’informations pour s’inscrire à l’édition 2018 du concours Durabilis sur https://developpement-durable.epfl.ch/durabilis


Author: Sarah Aubort