Partager: 

20.09.17 - En créant le Smart Lab, Romande Energie développe un centre de compétences lié à l’exploitation des données dans le monde de l’énergie. Celui-ci s’appuie sur la collaboration de longue date entre L’EPFL et le premier fournisseur romand d’électricité.

Le monde de l’énergie est en pleine mutation. D’un côté, les énergies renouvelables bouleversent la production et la distribution d’électricité. De l’autre, la prolifération des données et les nouveaux outils pour les gérer ouvrent un univers d’opportunités. Il est donc naturel que la recherche de pointe s’associe à des acteurs du marché pour relever ces défis. L’installation du Smart Lab de Romande Energie sur le site de l’EPFL Innovation Park s’inscrit dans ce contexte. Inauguré aujourd’hui, ce centre de compétences marque une étape supplémentaire dans la collaboration entre les deux entités.

La première réalisation majeure entre Romande Energie et l’EPFL remonte à sept ans, avec l’installation de panneaux photovoltaïques translucides et colorés, dotés de cellules Graetzel, sur une des façades du SwissTech Convention Center. Ont suivi des projets de recherche ambitieux. Au printemps 2015, Romande Energie inaugure le plus grand parc solaire urbain de Suisse à l’EPFL, d’une surface de 15’500 m2. Plus qu’un fournisseur d’électricité pour le campus, il permet aux chercheurs d’étudier des solutions inédites pour la gestion et l’exploitation optimales des ressources renouvelables et leur intégration dans les réseaux de distribution. En collaboration avec l’Etat de Vaud et Leclanché, Romande Energie et le Laboratoire des systèmes électriques distribués (DESL) de l’EPFL ont ainsi mis en place un dispositif permettant de stocker l’énergie solaire des panneaux photovoltaïques et de la redistribuer de façon optimale en fonction des pics de consommation.

Une centrale virtuelle à l’échelle d’une agglomération

Le Smart Lab, qui emploie entre 4 et 6 personnes, concrétise aujourd’hui un projet encore plus ambitieux: le projet Romande Energie de Démonstrateur Réseau en Equilibre Local (REel-DEMO). «Il s’agit de tester un système de contrôle décentralisé du réseau à Rolle et à Onnens. « Cela signifie maximiser l’exploitation des ressources renouvelables et gérer l’ensemble de la production et de la consommation locales, ainsi que du stockage », explique Mario Paolone, professeur au DESL. «C’est le même principe de centrale virtuelle que nous avons à l’EPFL, mais avec beaucoup plus de paramètres et de contraintes.» Les technologies et méthodologies ont été développées dans le cadre du Centre de Compétence Suisse pour la Recherche Energétique (SCCER-Furies) que dirige Mario Paolone. Par sa portée et son caractère innovant, le projet REel-DEMO bénéficie du soutien de l’Office fédéral de l’énergie (OFEN).

Pour l’EPFL, au-delà du domaine déjà très riche des Microgrids et des Smart Grids, de nouveaux projets pourraient aussi naître dans le domaine du Smart Living, avec la gestion intelligente de l’électricité et de la chaleur dans les bâtiments, du Smart Working avec les objets connectés, de la gestion de l’énergie sensible à la demande ou encore de la gestion des données au service de l’énergie. «Le rêve serait de pouvoir monter au niveau suisse un réseau composé à 100% d’énergies renouvelables», imagine Mario Paolone.

Un incubateur pour valoriser les données énergétiques

Pour Romande Energie, le Smart Lab fonctionne comme un incubateur pour toutes les opportunités relatives à la valorisation des données énergétiques. L’objectif consiste à identifier, étudier et montrer la valeur des nouveaux modèles d’affaires avant leur intégration au sein des unités opérationnelles, en collaborant autant à l’interne que vers l’externe pour leur développement. «Nous approchons d’un point de basculement. La digitalisation croissante et le traitement des données redéfinissent les contours de nos activités quotidiennes. Une phase passionnante d’accélération des développements est en cours», soutient Edgar Haldimann, responsable du Smart Lab.

Partager: