Partir de l'individu pour assurer une transition énergétique durable

Luisa Pastore, Marilyne Andersen, Sergi Aguacil Moreno, directeur de Building2050. ©A.Herzog/EPFL

Luisa Pastore, Marilyne Andersen, Sergi Aguacil Moreno, directeur de Building2050. ©A.Herzog/EPFL

Un nouveau projet de recherche sur 8 ans coordonné par l’EPFL et le Smart Living Lab vise à réduire la consommation d’énergie du pays sur la base de collaborations directes avec la population. Une implication des secteurs académiques, publics et privés permettra de formuler des solutions durables qui privilégient le confort et le bien-être des individus.

Le consortium formé par l’EPFL et le Smart Living Lab de Fribourg a remporté un important appel d'offre de l’Office fédéral de l’énergie (OFEN). Intitulé SWICE (Sustainable Wellbeing for the Individual and the Collectivity in the Energy transition), le projet vise à réduire la consommation d’énergie de la population suisse en adaptant l’environnement naturel et construit à de nouveaux modes de vie, à l’exemple du télétravail. Une attention particulière sera portée au confort et au bien-être de la population dans l’élaboration de ces nouvelles stratégies. «Nous pensons que les aspects sociaux et individuels sont centraux dans notre effort commun vers la transition énergétique, c’est pourquoi nous souhaitons mettre l’humain au centre de notre approche», indique Marilyne Andersen, professeure à l’EPFL et coordinatrice et responsable académique de ce projet, prévu sur une durée de 8 ans.

Nous pensons que les aspects sociaux et individuels sont centraux dans notre effort commun vers la transition énergétique.

Marilyne Andersen, professeure ordinaire, coordinatrice et responsable académique du consortium SWICE

A l’aide de «living labs» répartis dans toute la Suisse, des scientifiques vont directement tester des hypothèses issues de la recherche avec les habitantes et habitants du pays afin de changer durablement certains comportements. Trois domaines principaux seront investigués conjointement: l’environnement construit, les espaces publics et la mobilité. Ces domaines seront à leur tour abordés à l’échelle du bâtiment, du quartier et de la ville. Pour parvenir à des solutions innovantes, un panel de scientifiques issus de la sociologie, de la psychologie, de l’ingéniérie mécanique et électrique, de l’architecture et de l’urbanisme, de l’ingénierie civile, de l’économie, de l’ingéniérie chimique, de l’informatique et de l’ingénierie de l’environnement travailleront en synergie.

«L’un de nos objectifs est par exemple de transformer les quartiers en lieux de partage de ressources, allant de l’énergie renouvelable produite par un bâtiment à l’hybridation et la flexibilisation des espaces residentiels et de loisirs, ainsi que des modalités de travail», explique Dr. Luisa Pastore, cheffe de projet, qui travaillera en collaboration directe avec le Bureau de la recherche de l’EPFL. A son issue, le projet SWICE a pour vocation de tester ses recommandations à l’aide de deux projets pilotes.

La maquette du futur bâtiment du Smart Living Lab, à Fribourg, qui sera un acteur clé du projet. © Alain Herzog / EPFL

Rayonnement depuis Fribourg
Le futur bâtiment du Smart Living Lab de Fribourg sera l’un des lieux de tests privilégiés de cette recherche aux côtés d’autres «living labs» formellement reconnus basés à Zoug et Winterthour. Les campus de l’EPFL et de l’Université de Lausanne, le site de BlueFactory à Fribourg, le Canton de Genève ainsi que les villes de Fribourg, Winterthour et Zurich serviront eux aussi de cas d’études. Un living lab virtuel permettra en outre aux scientifiques de tester différentes hypothèses sous forme de jeux avec les participantes et participants.

«La démarche des living labs implique une participation active de citoyennes et citoyens, employées et employés, gestionnaires immobiliers, entreprises et collectivités. Le Smart Living Lab, en tant que centre de recherche doté d'un bâtiment dédié à l'expérimentation, sera donc un acteur clé au sein de SWICE et de son réseau suisse de living labs» précise Martin Gonzenbach, directeur opérationnel du Smart Living Lab à Fribourg, d’où l’impulsion du projet a démarré avec le soutien du groupe Building2050.

Le Smart Living Lab, en tant que centre de recherche doté d'un bâtiment dédié à l'expérimentation, sera un acteur clé au sein de SWICE.

Martin Gonzenbach, directeur opérationnel du Smart Living Lab à Fribourg

Le consortium de recherche SWICE réunit dix institutions académiques: l’EPFL (Institution Hôte), l’ETH Zurich et l'EMPA, les Universités de Fribourg, Genève et Lausanne ainsi que les Hautes Ecoles Spécialisées de Fribourg (HEIA-FR), Lucerne (HSLU), Winterthur (ZHAW) et du Tessin (SUPSI). Elles travailleront aux côtés de trente partenaires privés et publics, parmi lesquels on peut citer les CFF, Implenia, le Groupe E et Swisscom. Le projet SWICE a reçu le soutien du programme «SWiss Energy research for the Energy Transition» (SWEET), un programme d’encouragement de l’Office fédéral de l’énergie qui vise à promouvoir les innovations nécessaires à la mise en œuvre de la Stratégie énergétique 2050 et à la réalisation des objectifs climatiques de la Suisse.

Financement

Budget total du projet: ~22,1 millions de CHF, dont ~9.9 millions de CHF financés par l’Office fédéral de l’énergie sous l’égide du programme SWEET («SWiss Energy research for the Energy Transition»)


Auteur: ENAC Communication

Source: EPFL