Partager: 

23.06.16 - Le premier test de véhicules sans chauffeur sur le domaine public en Suisse démarre aujourd’hui. L’EPFL est le partenaire académique du projet.

Première suisse: dès aujourd’hui des navettes autonomes assurent le transport de passagers dans la vieille ville de Sion. Se faufilant en bordure et dans de la zone piétonne de la capitale valaisanne, deux véhicules desservent plusieurs arrêts dont la place de la Planta et la place du Midi. Le projet pilote, mené dans le cadre du Mobility Lab Sion Valais, permettra aux chercheurs de l’EPFL de tester et d’améliorer des algorithmes de circulation et de gestion de flotte.

Opérés par CarPostal, leader national des transports publics par bus, les véhicules intelligents pourront transporter jusqu’à 11 passagers à une vitesse maximale de 20km/h. A distance, un téléopérateur assure la gestion et l’exploitation des navettes via un logiciel mis au point par la start-up de l’EPFL BestMile. Au cours de cette phase d’expérimentation inédite, un accompagnant sera à bord du véhicule, garant de son bon fonctionnement et de la sécurité des voyageurs. L’utilisation des navettes est gratuite et, après une première phase test, des horaires réguliers seront mis en place.

Une rampe d'accès et un essuie-glace

L’autorisation de circulation sur le domaine public a été soigneusement examinée par l’Office fédéral des routes et le Service des routes valaisan, tant pour les aspects techniques que juridiques. Les navettes électriques ont dû être adaptées pour satisfaire aux normes en vigueur impliquant par exemple l’installation d’une climatisation, d’une deuxième batterie, d’une rampe d’accès pour personnes à mobilité réduite. Ou encore d’un essuie-glace pour la vitre frontale.

D’un point de vue scientifique, ce projet permettra aux chercheurs du Laboratoire de systèmes de transports urbains (LUTS) de développer un système de gestion de flotte qui tient compte de la diversité des situations rencontrées par les véhicules autonomes. Il faut notamment leur apprendre à communiquer entre eux ainsi qu’avec les autres usagers de la route, par exemple pour céder la priorité ou ajuster leur vitesse.

Soutenu par la Commission de Technologie et d’Innovation (CTI), le projet de deux ans vise aussi à développer un système performant pour gérer les besoins spécifiques des usagers tels qu’un service de bus à la demande, la réservation d’une course et des itinéraires variables. Les algorithmes devront aussi gérer ces opérations en temps réel tout en proposant des solutions sûres et au meilleur coût. Une fois établis, ils seront intégrés au système central de gestion de flotte de BestMile.

Le Mobility Lab Sion Valais réunit La Poste Suisse, l’EPFL, la HES-SO Valais Wallis, le canton du Valais et la ville de Sion.

Partager: