Actualités

«Le smart living lab a une réelle opportunité d'impact international»

L'intérieur du smart living lab. © Nicolas Brodard

L'intérieur du smart living lab. © Nicolas Brodard

L’antenne fribourgeoise de l’EPFL est à un moment charnière de son développement. Son nouveau directeur opérationnel, Martin Gonzenbach, en détaille les enjeux.

Martin Gonzenbach vient d’être nommé directeur opérationnel du smart living lab, le centre romand de recherche spécialisé dans l’habitat durable. Titulaire d’un master en physique à l’EPFL et d’un post-grade en ingénierie mathématique à l’Ecole polytechnique de Paris, il a travaillé pour une start-up à Zurich, au sein d’une PME et d’une multinationale avant de se consacrer à la numérisation des services de l’administration publique du canton de Vaud. Depuis 2015, Martin Gonzenbach est chargé de relations extérieures et d’innovation à la faculté ENAC.

Quel bilan tirer du smart living lab depuis sa création en 2014 ?

Le projet mené par ma prédécesseure Anne-Claude Cosandey est né d’une volonté conjointe du Canton de Fribourg et de l'EPFL de créer un nouveau centre de recherche, sur une friche industrielle reconvertie en quartier d'innovation. Son originalité et sa force sont d'avoir associé les partenaires académiques que sont l'Université de Fribourg et la Haute école d'ingénierie et d'architecture à l'antenne EPFL Fribourg. La faculté ENAC a joué un rôle prépondérant dans cette mise en place. Quatre chaires de l’EPFL, dirigées par des pointures internationales, ont été créées. Aujourd'hui, ces laboratoires tissent des liens entre les sphères locales et internationales. En 2017, la victoire de l'équipe suisse au Solar Decathlon a donné beaucoup de visibilité au smart living lab. Le pavillon vainqueur, le NeighborHub, est aujourd’hui installé de manière permanente sur le site de blueFactory.

Quelles sont vos ambitions pour l’avenir ?

Le smart living lab est à une étape majeure de son développement. Il s'agit maintenant de se concentrer sur de nouveaux projets innovants et collaboratifs. Assurer le transfert de la recherche vers la pratique professionnelle est un objectif phare. C'est déjà le cas localement, mais nous avons une réelle opportunité d'impact international, notamment dans les pays du Sud qui vont au-devant de fortes mutations urbaines. Nous souhaitons aussi intensifier le rayonnement scientifique du smart living lab et explorer des champs d'application connexes comme l'hospitalité ou les environnements médicaux. La prise en compte de la numérisation dans le domaine de l’habitat durable est également primordiale. Enfin, mes efforts viseront aussi à offrir aux équipes de l'EPFL Fribourg un cadre professionnel de qualité équivalente à celle du campus lausannois.

Vous devrez aussi mener à bien la construction du bâtiment définitif du smart living lab. Comment allez-vous faire ?

Fribourg est une ville universitaire agitée par un bouillonnement culturel. En outre, le smart living lab est situé sur un site historique en pleine mutation, blueFactory où se trouvait l'ancienne brasserie Cardinal. Le futur bâtiment sera emblématique de la vision stratégique « zéro carbone» du quartier. Il sera le résultat de recherches préalables menées par les équipes du smart living lab avec pour vocation de servir lui-même de laboratoire à échelle réelle. Cela commence avec la mise au concours de sa conception par un mandat d'études parallèles collaboratif de forme inédite. Le projet lauréat émergera cet été et la construction démarrera l'année prochaine. Les chercheurs sont impliqués aux côtés des professionnels, ce qui demande une ouverture d'esprit de la part de tous. Avec des qualités architecturales, expérimentales, environnementales et d'usage très ambitieuses, le bâtiment offrira à terme 130 places de travail.

Qu'est-ce qui distingue le smart living lab d'autres initiatives comparables ?

Le smart living lab englobe une problématique large et une portée à long terme. Il a vocation de combiner innovation technologique et sociale. La diversité des disciplines qu'il réunit est une de ses forces: architectes, ingénieurs, juristes et économistes, sociologues et psychologues collaborent dans la recherche sur l'environnement construit centrée sur l'humain. Les différents partenaires académiques allient recherche fondamentale et appliquée.


Auteur: Sandrine Perroud
Source: Mediacom

Images à télécharger

Martin Gonzenbach, directeur opérationnel du smart living lab. ©Alain Herzog/EPFL
Martin Gonzenbach, directeur opérationnel du smart living lab. ©Alain Herzog/EPFL
©Alain Herzog/EPFL
©Alain Herzog/EPFL
© Nicolas Brodard
© Nicolas Brodard

Partager sur