« Le design doit être émotionnellement et écologiquement durable »

© Hannah Casey

© Hannah Casey

Hannah Casey, étudiante en deuxième année du programme Master of Science en Humanités Digitales proposé par le Digital Humanities Institute de l’EPFL, décrit son expérience dans le programme et ce qui l'a inspirée à entrer dans ce domaine interdisciplinaire.

Originaire de Zurich, Hannah a obtenu un bachelor en informatique à l'EPFL avant de décider de poursuivre le Master of Science en Humanités Digitales (DH Master). Elle est actuellement la représentante des étudiants du DH Master et occupera le semestre prochain le poste de secrétaire de dhelta, l'association étudiante UNIL-EPFL pour les humanités numériques.

Digital Humanities Institute du Collège des Humanités (CDH DHI) : En tant que Zurichoise de naissance, qu'est-ce qui vous a poussé à choisir le programme DH Master à l'EPFL ?

Hannah Casey : J'ai vraiment aimé étudier l'informatique en tant que fondement de la connaissance, mais je vois ça comme un ensemble d'outils, et je suis plus intéressée par la façon de l'appliquer à d'autres choses. Pour mon master, je voulais étudier quelque chose auquel je pourrais m'identifier davantage et que je pourrais conjuguer à mes intérêts pour les sciences humaines, l'art et la culture.

Je m'intéresse particulièrement à la littérature et à la musique, mais j'explore toujours et suis très ouverte dans mes intérêts. J'ai hâte de voir ce que les autres cours de DH Master ont à offrir.

Pour moi, le programme de Master DH à l'EPFL a également été l'occasion de quitter ma ville natale de Zurich et d'étudier non seulement dans une autre ville, mais dans une autre langue. J'ai étudié le français à l'école, mais je l'ai vraiment appris à l'EPFL.

CDH DHI : Qu'est-ce qui vous a le plus surpris dans vos études en humanités numériques ?

HC : À quel point le sujet est large. Je pensais que je me concentrerais sur les détails, comme sur la façon dont nous appliquons certains outils à certains problèmes. Mais ce dernier semestre a été un vaste aperçu des humanités numériques, et c'était vraiment agréable d'en apprendre plus sur le domaine.

CDH DHI : Quel a été votre cours préféré jusqu'à présent ?

HC : Design for sustainability [enseigné par Marc Laperrouza et Marius Aeberli]. Je m'intéresse beaucoup au design, et plus particulièrement au design d'interaction homme-machine. J'ai été surpris de trouver un cours à ce sujet dans le programme DH Master, mais c'était mon cours préféré ce dernier semestre. C'était un cours brillant sur ce que la durabilité peut signifier en matière de design.

Le design pour la durabilité est un cours basé sur des projets, et mon idée a été sélectionnée pour un projet qui pourrait potentiellement inclure un travail de terrain en Corée du Sud en septembre prochain. L'idée est un emballage alimentaire durable pour les personnes âgées, qui doit être durable non seulement sur le plan environnemental mais aussi sur le plan émotionnel ; les gens doivent pouvoir l'utiliser et vouloir l'utiliser. Nous créerons un prototype ici à Lausanne, puis si tout se passe bien, nous irons en Corée l'été prochain pour des tests sur le terrain avec des étudiants suisses et coréens.

CDH DHI : Pouvez-vous nous parler un peu de votre expérience en tant que la représentante des étudiants du DH Master ?

HC : J'aime beaucoup pouvoir voter sur ce à quoi ressemblera le plan d'études du DH Master à l'avenir, et être un contact pour les étudiants. C'est vraiment cool, surtout pour aider les étudiants étrangers, parce que depuis que j'ai fait mon bachelor ici, je sais comment fonctionne le système et je peux aider à l'expliquer.

CDH DHI : Quels sont vos futurs projets de carrière en ce moment ?

HC : Comme j'ai une formation en informatique, je peux commencer par l’ingénierie logicielle et ensuite l'appliquer aux humanités numériques. Mais je suis encore en train de réfléchir!

CDH DHI : Comment décrivez-vous ce qu'est la DH à vos amis et à votre famille ?

HC : Je dis toujours que c'est comme la science des données, mais appliquée aux ensembles de données de l'art et de la culture. Normalement, les gens ont une idée de ce dont je parle !


Author: Celia Luterbacher

Source: Institute of Digital Humanities

This content is distributed under a Creative Commons CC BY-SA 4.0 license. You may freely reproduce the text, videos and images it contains, provided that you indicate the author’s name and place no restrictions on the subsequent use of the content. If you would like to reproduce an illustration that does not contain the CC BY-SA notice, you must obtain approval from the author.