La ZAD du Mormont, le point de vue de Luca Pattaroni

© ZAD Mormont

© ZAD Mormont

Dans un entretien accordé au journal de 12h30 de la RTS_La Première le 31 mars, Luca Pattaroni, docteur en sociologie urbaine à l’EPFL, s’exprime sur l’occupation et l’évacuation des zadistes sur la colline du Mormont près de la Sarraz.

Rappel des faits:
La zone à défendre_ZAD est située sur la colline du Mormont près d'Éclépens et de La Sarraz dans le canton de Vaud, en Suisse. Par leur occupation, les militants de la ZAD, une première en Suisse, entendent empêcher l'extension de la carrière de la cimenterie Lafarge-Holcim.
Les zadistes dénoncent l'exploitation de cette colline reconnue pour être un site unique, tant du point de vue de sa biodiversité que de son histoire. En 1998, la colline a été classée à l’Inventaire fédéral des paysages, sites et monuments naturels d'importance nationale. Cette zone de prairie sèche recèle une grande diversité botanique, notamment plusieurs variétés d’orchidées dont la majorité sont protégées. Des fouilles archéologiques ont par ailleurs établi que la colline du Mormont abritait un lieu de culte hélvète.
Commencée en octobre 2020, la ZAD a été évacuée par la police cantonale vaudoise le 30 mars 2021. Les forces de l'ordre ont déployé environ 600 personnes pour cette opération d'envergure.


Dans cet entretien, Luca Pattaroni relève que, par leur action et leur engagement, les zadistes ont sans doute contribué à ouvrir les yeux des citoyens sur cette cause éminemment importante. Il souligne aussi que s’il n’y a pas eu de criminalisation de l’action des Zadistes, c’est que leur engagement, proche de celui des professionnels du territoire, consonne avec les intérêts de la recherche et avec une sensibilité écologique assez largement partagée. En outre, diverses personnalités politiques, plusieurs mouvements associatifs se reconnaissent dans cette ZAD, ce qui lui confère une incontestable légitimité.