Partager: 

30.04.17 - Ce week-end du 29 et 30 avril, le public valaisan est venu nombreux sur le campus EPFL Valais Wallis de Sion, qui accueillait la troisième édition du festival des sciences de l’Ecole. 4100 visiteurs ont saisi l'occasion.

Devant les portes du campus EPFL de Sion, des fleurs solaires en papiers n’arrêtent pas de tourner sur elles-mêmes. Ces bricolages sortent tout droit de l’atelier de fabrication du festival Scientastic. Une cellule photovoltaïque, un petit moteur, une tige et quelques bouts de papier et voilà un mobile en forme de fleur qui se met en mouvement dès qu’il capte de la lumière. Des visiteurs de tout âge se baladent avec leur création sous le bras. «Depuis ce matin, l’atelier ne désemplit pas», se réjouit un des animateurs.

A la découverte de l’énergie
C’est la première fois que le festival - organisé par le Service de promotion des sciences de l’EPFL (SPS) - a lieu sur une antenne du campus. Après deux éditions réussies à Ecublens, il s’est exporté à Sion pour aller à la rencontre du public valaisan. A travers ateliers pédagogiques et ludiques pour les enfants, conférences, exposition et visites de laboratoires, le festival nous invite à découvrir l’énergie sous toutes ses formes. Une thématique qui sied particulièrement à l’endroit, puisque l’énergie est justement l’un des principaux domaines de recherche scientifique du campus EPFL Valais Wallis de Sion.

L’énergie, qu’est-ce que c’est ? Comment la stocker et la transformer ? Qu’est-ce qu’une énergie renouvelable ? Dans l’exposition interactive baptisée «Tout se transforme», petits et grands sont amenés à trouver les réponses à ces questions. Le visiteur est invité à participer autant physiquement qu’intellectuellement. Un vélo qui produit de l’énergie, une boule à plasma, des poids attachés à une poulie, il y a de quoi faire. Partout des animateurs dialoguent et apportent leurs éclairages. «L’énergie est un sujet d’actualité qui intéresse le public et qui soulève des questions, rappelle Farnaz Moser, cheffe du SPS. Favoriser la diffusion des savoirs scientifiques et technologiques auprès du grand public et répondre à ses questions font partie de nos missions.»

Scientastic a également pour vocation d’éveiller la curiosité scientifique. Le temps d’un week-end, le grand public a la possibilité de visiter les laboratoires, de découvrir des stands de démonstration et de discuter avec les chercheurs. «Qu’est-ce que c’est que cette bête ?», demande un senior en voyant un diffractomètre à rayons X. L’ambiance est à la bonne humeur. La scientifique en charge du stand s’applique à donner des explications simples avec le sourire. Le message est passé.

Auteur:Nathalie JollienSource:Mediacom
Partager: