La Faculté des sciences de la vie brille au Magistrale 2019

Les diplômés SV Master à l'EPFL Magistrale 2019 (Crédit : Morgane Grignon)

Les diplômés SV Master à l'EPFL Magistrale 2019 (Crédit : Morgane Grignon)

La Faculté des sciences de la vie de l'EPFL fête 85 diplômés lors de la Magistrale 2019 de l'EPFL.

Parmi les visages rayonnants des diplômés de l'EPFL 2019, 85 appartenaient à des étudiants de la Faculté des sciences de la vie (SV). Avec 53 diplômés en maîtrise en bio-ingénierie et 32 en maîtrise en sciences de la vie et technologie, l'École avait toutes les raisons de se réjouir. Les diplômés sont le dernier groupe des deux masters, puisque le cursus sera désormais unifié dans le master en ingénierie des sciences de la vie.

Une ventilation des diplômés SV montre qu'ils comprennent : 

  • 42 femmes et 43 hommes
  • 4 bourses de la Fondation Bertarelli
  • 23 mémoires de master réalisés dans l'industrie en Suisse
  • 15 mémoires de maîtrise réalisés à Harvard
  • 68 mémoires de master (80%) réalisés en dehors de l'EPFL
  • 17 mémoires de fin d'études à l'EPFL

Les sciences de la vie ont également reçu plusieurs prix cette année. Aaron Petruzzella, aujourd'hui doctorant au laboratoire d'ElisaOricchio à l'EPFL, a remporté le Prix de la meilleure moyenne dans le Master en Sciences de la Vie et Technologie, tandis que le Prix de la meilleure moyenne dans le Master en Bioingénierie a été attribué à Amanda Kläger.

Le prix de la meilleure thèse de master en sciences de la vie et technologie a été décerné à Eve Rahbé. Les recherches du Master de Rahbé ont été menées à la Harvard Medical School, sous la supervision de Michael Baym et la direction de Melanie Blokesch. Le titre de la thèse de Rahbé est : Preuves génétiques de la résistance aux antibiotiques chez les pathogènes provenant de spécimens de musées des années 1800.

Le prix de l'enseignement de la Section a été attribué au Professeur Bruno Correia de l'Institut de Bioingénierie (IBI) de l'EPFL, tandis que Professeure et Doyenne de SV Gisou van der Goot a remporté le prix des étudiants SV pour l'enseignement, le Polysphere

Veronica Ravano, qui a réussi un véritable coup du chapeau en remportant trois prix, a été l'un des grands moments de la séance de remise des prix : Meilleur mémoire de Master en Bioingénierie, Prix IBM pour la Recherche en Sciences Informatiques et Prix Annaheim Mattille de la Fondation Marguerite (Genève). 

Veronica Ravano reçoit trois prix. Crédit : Morgane Grignon

Veronica Ravano reçoit trois prix. Crédit : Morgane Grignon

Ravano, actuellement doctorante invitée au laboratoire de Jean-Philippe Thiran à l'EPFL, a effectué ses recherches de master chez Siemens Healthcare en Suisse, sous la direction de Jonas Richiardi et la direction de Dimitri Van De Ville à l'IBI. Sa thèse de maîtrise primée s'intitule : Automated Atlas-Based Radiological Assessment in Multiple Sclerosis and its Machine-Learning Applications for Prediction of Future Disability (Évaluation radiologique automatisée de la sclérose en plaques basée sur l'Atlas et ses applications d'apprentissage machine pour la prédiction de l'invalidité future).

Commentant la thèse de maîtrise de Ravano, les professeurs Auke Ijspeert et Pavan Ramdya du comité de sélection ont déclaré : "La thèse de maîtrise de Veronica est un exemple impressionnant de recherche interdisciplinaire combinant l'analyse d'images avancée et la neuroscience de la sclérose en plaques."

La citation d'IBM pour Ravano se lit comme suit : "IBM récompense la qualité exceptionnelle des travaux de master présentés et notamment l'originalité des méthodes de calcul utilisées et/ou des résultats scientifiques obtenus dans différents domaines de l'ingénierie et des sciences. 

Citant leur prix, la Fondation Marguerite dit que oui : "destiné à récompenser l'étudiant qui a présenté un projet de master de haut niveau dédié à la mise en relation des sciences de la vie et de l'informatique (bio-informatique, systèmes bio-inspirés)".