«Il faut gagner du temps pour le développement potentiel d'un vaccin»

Marcel Salathé lors de sa conférence sur le coronavirus le 26 février 2020. Crédit : Alain Herzog, EPFL

Marcel Salathé lors de sa conférence sur le coronavirus le 26 février 2020. Crédit : Alain Herzog, EPFL

Après son exposé détaillé sur l'épidémie actuelle de coronavirus, nous avons posé quelques questions complémentaires au professeur Marcel Salathé de l'EPFL, un expert en épidémiologie digitale.

Q. Qu'est-ce qui rend COVID-19 et sa propagation si uniques ?

COVID-19 - ou plutôt le virus sous-jacent, le SRAS-CoV-2 - n'a rien d'unique dans sa propagation en soi. Il s'agit d'un virus respiratoire qui fait ce que font les virus, c'est-à-dire se propager d'un hôte à l'autre. Malheureusement, il semble être plutôt doué pour cela dans la population humaine et semble se propager encore plus efficacement que le virus qui est à l'origine de la grippe. Il est aussi, malheureusement, pour autant que nous sachions, plus mortel que la grippe saisonnière. Mais contrairement à la grippe, les personnes les plus exposées à des complications graves, voire à la mort, sont les personnes âgées. Une pandémie, c'est-à-dire une grippe non saisonnière, touche souvent plus fortement les jeunes adultes.

Q. Pourquoi est-il si difficile à contenir et/ou à traiter, par rapport à la grippe saisonnière ?

Pour être clair, nous ne sommes pas du tout doués pour contenir la grippe. Chaque année, elle infecte environ 10 % de la population humaine, et cela avec des vaccins. Pour le COVID, nous n'avons même pas (encore) de vaccin. Les vaccins restent notre arme numéro un dans notre lutte contre la grippe - sans le vaccin, la grippe infecterait probablement environ un tiers de la population, ce qui est ce que nous voyons normalement pour la grippe pandémique non saisonnière. En outre, comme nous sommes exposés à la grippe saisonnière chaque année, tout le monde a, avec le temps, une certaine forme d'immunité contre certaines variantes, soit par le biais de vaccins, soit par celui d'infections. Pour ce nouveau coronavirus, il semble qu'il n'y ait actuellement aucune ou très peu d'immunité chez l'homme.

Q. Que peuvent faire des institutions comme l'EPFL pour empêcher la propagation du virus ?

Comme vous le savez peut-être, l'EPFL et d'autres institutions publiques ont été critiquées publiquement récemment par le chef de la division des maladies transmissibles de l'Office fédéral de la santé publique, pour avoir pris des "mesures excessives" - par exemple avec la politique des écoles selon laquelle les personnes qui reviennent de Chine ne doivent pas venir sur le campus pendant 14 jours. Les critiques portaient sur le fait que cette mesure ne suivait pas la ligne officielle du gouvernement fédéral. Je dois dire que j'ai été très étonné d'entendre cela. Je pense que l'EPFL fait ce qu'il faut pour le bien de sa communauté, même si les mesures ainsi décidées sont plus intenses que ce que l'office fédéral recommande à un moment donné.

Q. Quelle est la meilleure stratégie pour contenir et traiter COVID-19 ?

Il n'existe actuellement aucun traitement particulier contre le COVID. Les hôpitaux traiteront les patients au mieux de leurs connaissances, en fonction de la gravité de la maladie. Pour le confinement, nous avons le choix entre diverses interventions dites non pharmaceutiques, allant de mesures personnelles, petites mais importantes, telles que le lavage fréquent et complet des mains, le fait de ne pas se serrer la main, etc., à des mesures communautaires plus drastiques telles que l'annulation de grands événements, les restrictions de voyage, etc. Les premières sont des mesures que tout le monde peut commencer à prendre. La seconde est bien sûr plus grave et ne devrait être recommandée qu'après mûre réflexion.

Q. Comment pensez-vous que l'épidémie va évoluer au niveau mondial ?

Je pense qu'il y a actuellement peu d'espoir qu'elle puisse encore être contenue, et nous devons prévoir une propagation mondiale. Je serai très heureux de me tromper à ce sujet, mais en examinant les données et en parlant avec nombre de mes collègues épidémiologistes, je ne vois que très peu d'opinions divergentes à ce sujet. Notre objectif doit maintenant être de nous concentrer sur l'atténuation, c'est-à-dire de nous assurer que nous puissions amortir l'impact et retarder l'épidémie autant que possible, afin de gagner du temps pour le développement potentiel d'un vaccin, ou de médicaments, et de nous assurer que les systèmes de santé ne seront pas surchargés de manière dramatique.

Q. Quels sont les pays les plus à risque ?

Il est difficile de le dire. En général, les pays disposant de meilleures infrastructures de soins de santé, d'une meilleure surveillance et d'une gouvernance plus transparente sont dans une meilleure situation que les autres.

Q. Comment pouvons-nous savoir quand la pandémie aura atteint son point culminant?

Si vous voulez dire le pic, c'est quelque chose qui apparaîtra dans les chiffres.

Q. Pourquoi la fermeture des frontières est-elle considérée comme inefficace ?

Parce qu'elle repose sur l'hypothèse que les infections viennent de l'étranger. Les premières le font toujours (par définition, c'est exact dans tous les pays sauf un) mais il suffit de quelques infections à l'intérieur du pays pour déclencher des épidémies locales. L'ouverture des frontières apporte également beaucoup de biens et de services essentiels au pays, et toute analyse risque-bénéfice serait fortement opposée à la fermeture des frontières. Et une fois que la propagation est locale, la fermeture des frontières n'a aucun sens car le problème existe déjà chez vous. Ce genre de questions a été largement modélisé et nous comprenons bien que leur effet est très limité.

Q. Quel est le rôle de l'épidémiologie numérique dans l'épidémie de COVID-19 ?

Le numérique en général est un atout majeur dans la lutte contre les maladies infectieuses. Le partage rapide des données, rendu possible par la numérisation, permet lui-même un développement plus rapide des médicaments et des vaccins. Nous pouvons également utiliser des flux de données numériques tels que Twitter pour mieux comprendre les préoccupations, les discussions, les inquiétudes et les questions de la population. Pour lutter efficacement contre une pandémie, il faut faire participer la population - on ne peut pas faire les choses uniquement du haut vers le bas. Ce monde a disparu depuis longtemps. Il me semble que tout le monde ne l'a pas encore bien compris.


Source: EPFL