Partager: 

11.10.17 - Gourmandes en énergie, les villes sont à la fois agents et victimes de changements climatiques dus aux émissions de CO2. Dans sa thèse de doctorat publiée ce mois, Silvia Coccolo étudie comment la planification bioclimatique d'un espace urbain peut simultanément réduire sa consommation énergétique et créer un environnement extérieur confortable dans le contexte du réchauffement climatique.

A l'aide de méthodes d'optimisation avancées, l'auteure a étudié les besoins en énergie et le confort extérieur d'environnements urbains situés dans un climat tempéré et dans un climat chaud et aride respectivement: les campus de l'EPFL à Lausanne et de Swiss International Scientific School (SISS) à Dubai.

Afin de quantifier les conditions environnementales à l'extérieur des bâtiments en corrélation avec leur performance énergétique, elle a développé un nouveau module pour le programme CitySim, intégrant, entre autres, des facteurs biométéorologiques et des effets de végétalisation urbaine.

Sur la base de résultats tenant compte de scénarios actuels et futurs, un ensemble de recommandations de conception bioclimatique invite les architectes à transformer les adversités climatiques en opportunités.

Par ailleurs, grâce à une collaboration interdisciplinaire, le campus de l'SISS a été le premier bâtiment aux UAE à être certifié par le standard Minergie pour Climats Tropicaux, précédémment développé dans le cadre d'un projet commun entre EPFL Middle East, le Dr R. Kriesi de Kriesi Energie GmbH et l'équipe du Laboratoire d'Energie Solaire et de Physique du Bâtiment de l'EPFL.

La thèse de Silvia Coccolo était supervisée par le Prof. Jean-Louis Scartezzini de l'EPFL et le Prof. Jérôme Kaempf de la Haute école d'ingénierie et d'architecture de Fribourg.

S. Coccolo, J.-L. Scartezzini and J. H. Kämpf (Dirs.). Bioclimatic Design of Sustainable Campuses using Advanced Optimisation Methods. Thèse EPFL, n° 7756 (2017)

Auteur:Barbara SmithSource:Laboratoire d'énergie solaire et physique du bâtiment
Partager: