Share: 

12.02.18 - Durant une année, ils mettront en place un accompagnement pédagogique sur site des enseignants de l'Institut national polytechnique Houphouët-Boigny de Yamoussoukro (INP-HB) en Côte d'Ivoire, de l'École nationale supérieure polytechnique de Yaoundé (ENSPY) au Cameroun et de l'École supérieure polytechnique de Dakar (ESP-UCAD) au Sénégal.

Venus récemment du 22 au 27 janvier à la MOOCs Factory de l’EPFL pour une formation, Désiré Magloire FEUGUENG, expert en formation TICE des enseignants du Supérieur et des formateurs de formateurs, ainsi que Abdourahmane MBENGUE, enseignant–chercheur en Sciences de l’Éducation à l’Université Virtuelle du Sénégal et expert en Ingénierie de Formation à Distance, ont ainsi pu s’immerger dans l’Univers des MOOCs de l’EPFL. Ils se sont prêtés au jeu de l’interview et se sont attachés à partager leurs expériences à l’occasion de leur visite en Suisse.

Quel est le but de votre visite à l’EPFL ?

Désiré: notre visite à l’EPFL a de multiples objets. Faire connaissance avec les membres de l’équipe du programme à laquelle nous venons d’être intégrés et avec lesquels nous allons interagir de façons variées. Avoir une idée précise du chemin parcouru et des acteurs impliqués, des défis passés et actuels. Nous accorder sur les pistes d’actions à mener cette année pour faciliter l’atteinte de l’objectif central du programme, à savoir « promouvoir l’amélioration de l’enseignement/apprentissage des STEM par la mise en œuvre d’un accompagnement des enseignants ».

Quelles seront vos activités en tant qu’expert ? 

Abdou: il s’agit principalement de développer les compétences des enseignants des institutions partenaires dans l’utilisation des ressources numériques et les MOOCs en particulier. Former et entraîner 2 à 3 personnes « relai » sur chaque campus partenaire, dans le secteur de l’ingénierie pédagogique. Initier des équipes d’enseignants à la conception et production de contenus numériques et de MOOCs. Fournir des propositions et actions d’organisation des activités. Mettre en place des ateliers.

Quelle est votre expérience dans ce domaine d’expertise ?

Désiré : dès 2010, j’ai commencé à intervenir dans la formation TICE (technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement) auprès des étudiants et des enseignants du Département d’Informatique et des Technologies Éducatives de l’ENS de Yaoundé et à la Faculté des Sciences de l’Education de l’Université de Yaoundé 1. C’est surtout au sein de projets collaboratifs que j’ai véritablement commencé à exercer comme expert TICE, notamment pour l’Agence Universitaire de la Francophonie.

Abdou : Je suis expert consultant et formateur principal pour l’Agence Universitaire de la Francophonie, l’UNESCO, l’UIT et de nombreuses universités au Sénégal et en Afrique francophone. J’accompagne des institutions de l’enseignement supérieur à la mise en place de dispositifs de formation à distance. Je mets en place des ateliers de formation de formateurs pour intégrer l’usage des TIC dans les pratiques d’enseignement.

Qu’est-ce qui retient particulièrement votre attention dans la cadre de votre formation à l’EPFL ?

Désiré : c’est de partager les expériences d’enseignants et de professionnels qui ont mis la main à la patte, qui ont une expérience avérée dans la création et l’utilisation des ressources numériques en formation universitaire. J’ai par exemple appris, qu’il est possible pour un enseignant d’université de produire un MOOC de qualité qui soit directement exploitable pour la formation de ses étudiants. J’ai été informé sur le processus de création d’un MOOC et le dispositif nécessaire pour y parvenir.

A l’EPFL, une part belle est faite à la pédagogie. Tout est fait pour garantir la qualité dans les enseignements. On y trouve des structures institutionnelles chargées de l’accompagnement techno-pédagogique des enseignants, mais aussi de l’évaluation des enseignants et des enseignements, et de la mise en œuvre des remédiations.

Qu’allez-vous mettre en place à votre retour ?

Désiré : mon activité initiale visera à aider les enseignants et formateurs à réfléchir sur les possibilités d’exploitation efficace de ressources numériques de qualité déjà existantes. Il s’agira ensuite d’accompagner les enseignants volontaires dans la mise en place de scénarios pédagogiques innovants, conçus conjointement, pour correspondre au mieux à leurs besoins pédagogiques et pourquoi pas, de travailler vers l’émergence de thématiques communes susceptibles de faire l’objet d’un MOOC collaboratif pouvant être utilisé dans l’enseignement dans plusieurs universités.

Abdou : former et accompagner un maximum d’enseignants africains à produire des MOOCs pour les intégrer dans leurs enseignements à distance ou de façon hybride (classe inversée) dans les cours présentiels.

Une anecdote personnelle sur votre premier contact avec l’EPFL ?

Désiré : je parlerai sans hésiter de ce que j’ai vu dès mon arrivée à la station métro EPFL. Des formules scientifiques sont inscrites sur les murs, rappelant que l’on est dans le temple de la Science et incitant chaque jeune étudiant à enrichir ces murs, pourquoi pas, par une de ses trouvailles et ce faisant, l’encourageant à travailler dans cette perspective.

Abdou : Je retiendrai la sympathie et l’amabilité des suisses qui sont toujours disponibles pour donner un coup de main ou des renseignements.

Des expériences à suivre prochainement sur le site internet du Programme MOOCs4DEV !

Share: