Des technologies axées sur les besoins des pays du Sud

Les responsables des 4 projets selectionnés dans le cadre du programme Tech4dev © 2020 EPFL/A.Herzog

Les responsables des 4 projets selectionnés dans le cadre du programme Tech4dev © 2020 EPFL/A.Herzog

Tech4dev est un programme visant à mettre en contact des chercheurs de l’EPFL avec des organisations non gouvernementales afin de développer des technologies répondant spécifiquement aux conditions et aux besoins des pays du Sud. Quatre premiers projets ont été sélectionnés.

Au Nord et au Sud de la planète, les conditions climatiques, économiques et structurelles sont différentes. La technologie doit donc l’être également. C’est pourquoi la vice-présidence pour l’innovation de l’EPFL a lancé Tech4dev, un programme découlant de Tech4impact en collaboration avec le Département du développement et de la coopération (DDC). Leur but est de mettre en contact des chercheurs de l’École avec des organisations non gouvernementales (ONG) afin de développer et d’implémenter un projet bien spécifique dans un pays du Sud. Tech4Dev se concentre sur l’accélération de l’innovation et vise à faire de la recherche et implémenter avec succès des solutions technologiques innovantes à grand potentiel pour atteindre un nombre croissant de bénéficiaires dans les pays du Sud.

Les quatre premiers sélectionnés viennent d’être annoncés. Parmi eux, on trouve un processus de fabrication de bâches de protection à partir de biomasse, un combustible à base d’hydrogène pour cuisiner de manière durable, une couveuse haute résistance pour bébés ou encore une imprimante 3D utilisant des déchets plastiques pour la réalisation d’appareils d’assistance pour handicapés.

Ces projets ont été choisis par un panel d’experts internationaux suite à l’appel lancé en décembre dernier pour le développement de solutions technologiques dans des domaines tels que la santé, les transports, la sécurité, l’énergie, l’environnement, la gestion de catastrophe, etc. Ils seront soutenus chacun pendant deux ans à raison de 300'000 frs suisses maximum, dont 40% au moins doivent être investis sur le territoire destinataire. Un deuxième appel aura lieu en octobre, au terme duquel quatre projets supplémentaires seront sélectionnés.

«Le but principal de ce programme est de valoriser les innovations issues de l’École et de leur trouver des applications concrètes et effectives le plus rapidement possible sur le terrain», explique Beatrice Scarioni, l’une des responsables du programme Tech4Dev.

Les quatre projets:

Des bâches à partir de déchets végétaux

Les bâches en plastique trouvent de multiples usages, y compris celui de servir d’abri salvateur en cas de catastrophe naturelle ou de crise humanitaire. Une équipe du Laboratoire des processus durable et catalytique (LPDC) a réussi à mettre au point une technologie permettant de transformer des résidus de l’agriculture traditionnellement inutilisés en une sorte de polyester totalement biologique et biodégradable. Pour tester cette invention dans le cadre de ce projet, de la biomasse produite au Bengladesh sera collectée, transformée en granules puis filée pour ensuite servir à la fabrication des bâches. Avec pour partenaire l'ONG Medair.

Un combustible durable pour cuisiner

Cuisiner utilise beaucoup d’énergie. Aujourd’hui, celle-ci provient encore largement de sources non durables, telles que le charbon, le bois, la biomasse ou le fumier animal, qui sont polluants et dégagent des gaz à effet de serre. Au Laboratoire de science et ingénierie des énergies renouvelables (LRESE), des chercheurs ont étudié la possibilité d’utiliser plutôt un combustible fait d’hydrogène produit à partir d’énergie solaire. Le but de ce projet, mené en association avec l’Université de Yaoundé au Cameroun, est de créer un système de production et d’acheminement comprenant une centrale de production, des solutions de stockage et l’équipement des ménages en cuisinières fonctionnant à l’hydrogène : la combustion de cette dernière produit en plus de l’eau potable.

Une couveuse plus robuste pour l’Afrique

Chaque année, essentiellement dans les pays en développement, plus d’un million de bébés meurent d’hypothermie avant d’avoir atteint leur premier mois de vie. C’est pourquoi le centre Essential Tech de l’EPFL, qui est dédié à la conception de technologies spécifiques pour le Sud, a conçu une couveuse spécialement adaptée aux besoins de ces régions. Particulièrement robuste, elle résiste aux variations et aux coupures du courant électrique, aux climats humides et chauds, aux niveaux élevés de poussière et demande peu de maintenance. Le projet est mené en collaboration avec le Center for Public Health and Development (CPHD), qui vise à apporter des solutions technologiques en Afrique de l’Est.

Imprimer des équipements d’assistance aux handicapés

Associer gestion et récupération des déchets avec de plus grands bénéfices sociaux: tels sont les buts du projet «3D printing for peace». Mené par des chercheurs du Laboratoire de traitement des composites avancés (LPAC), il consiste à fournir un système d’imprimantes 3D, qui utilisent des résidus plastiques pour créer des équipements d’assistance aux personnes handicapées. Destiné à être implanté en Colombie, ce programme vise également à créer des petites entreprises et des emplois. Il est mis sur pied avec le concours d’Omnis Institute, une ONG qui promeut et soutient les dirigeants locaux, avec un accent particulier en faveur des femmes et des jeunes.


Source: EPFL