Des bancs en bois issus de l'EPFL pour la cathédrale de Lausanne

Le Canton de Vaud a choisi une technologie développée par le Laboratoire IBOIS de l’EPFL pour fabriquer les futurs bancs de la cathédrale Notre Dame de Lausanne. Ceux-ci présenteront un assemblage innovant, sans colle ni vis, et seront issus de bois local.

Les chaises de la cathédrale Notre Dame de Lausanne seront bientôt remplacées par des bancs entièrement en bois, basés sur une technologie développée par le Laboratoire IBOIS de l’EPFL. Le Canton de Vaud en a fait l’annonce jeudi. Dans ce cadre, le laboratoire IBOIS et l’EPFL ont signé une convention de transfert technologique avec le Canton.

Cette nouvelle technologie est mise en œuvre sur des bancs en plaques de chêne, assemblés uniquement grâce à des liaisons bois-bois, et en particulier grâce à des joints clipsés, appelés «snap-fit». Le Laboratoire, dirigé par le professeur associé Yves Weinand, a présenté ce nouvel assemblage une première fois en 2014, lors de l’Acadia Conference Design de Los Angeles. En tout seront fabriqués 74 bancs à 6 places de 300 cm et 4 bancs à 4 places de 200 cm, pour un total de 460 places. Le Canton espère une inauguration des bancs pour le printemps 2022, en particulier dans le cadre des fêtes de Pâques.

Démontables et remontables

Les panneaux choisis (tripli en chêne d’une épaisseur variant entre 20 et 26 mm) présentent un matériau homogène qui offre une très bonne résistance. Ils sont entièrement découpés par une machine CNC (découpe à commande numérique) d’une précision de 0.01mm. Le bois proviendra des forêts propriétés du Canton situées à Concise, Etagnières et Cossonay, favorisant ainsi une fabrication locale et les circuits courts.

Ces nouveaux bancs prendront place dans la nef et les transepts, remplaçant les chaises en vannerie, qui datent de 1912. Grâce à leur système d’assemblage, ils sont démontables et remontables, et peuvent ainsi être entreposés ou déplacés à plat, ce qui permet d’économiser du volume de stockage et de transport. Un banc est composé de 14 planches et de deux chevilles en bois ou en métal; deux personnes peuvent assembler un banc en moins de 15 minutes, avec pour seul outil un simple maillet.

Multiples usages

En réponse à la demande du maître d’ouvrage, ces bancs ont la particularité de posséder un dossier réversible, ce qui permet une flexibilité d’utilisation, notamment lors de concerts d’orgues, de cérémonies officielles ou d’offices. Le dossier réversible est fixé sur un système d’accoudoir agrémenté d’une cheville en bois qui permet de pivoter le dossier en un seul geste, sans aucun outil. Le système rotatif est équipé d’amortisseurs qui empêchent le dossier de claquer lorsqu’on le retourne. Enfin, la symétrie de l’assise permet d’obtenir le même confort d’utilisation, quel que soit le côté utilisé. Leur design privilégie également la facilité d’entretien.

Sur la base du prototype de banc développé par Yves Weinand et l’IBOIS, plusieurs entreprises de menuiserie ont répondu à l’appel d’offres du maître d’ouvrage lancé en janvier 2020, dans le respect du cahier des charges, et en utilisant les snap-fit joints conformément aux consignes données. L’entreprise d'ébénisterie-menuiserie lauréate GAB Manufacture SA a retravaillé le design en collaboration avec le designer Thierry Didot, et propose une structure visuellement légère et harmonieuse.

Précédent en novembre 2018

Le laboratoire IBOIS a obtenu le mandat pour le développement des bancs de la cathédrale en août 2019. Il n’en était toutefois pas à son coup d’essai. En novembre 2018, le laboratoire avait déjà conçu pour la cathédrale des gradins et des bancs en panneaux de bois OSB entièrement démontables et réutilisables, basés sur cette même technologie pour le décor de l’opéra Nabucco. Le design initial des nouveaux bancs proposé par le professeur Weinand a donc repris, dans son aspect formel et son comportement mécanique, celui des bancs en agglomérés produits pour la scénographie de l’opéra Nabucco.


Avec quelque 475'000 visiteurs en 2019, la cathédrale de Lausanne est l’un des monuments historiques les plus visités de Suisse. Ce projet mettra ainsi en lumière les recherches du laboratoire IBOIS et s’inscrit dans sa volonté de promouvoir l’usage du bois dans la construction à travers des transferts technologiques.

Références

Auteurs du projet : projet de Yves Weinand et Thierry Didot

Transfert technologique : Laboratoire des Constructions en Bois IBOIS

Collaborateurs IBOIS: Yves Weinand (directeur du laboratoire ibois), Martin Nakad (assistant scientifique), François Perrin (collaborateur technique).

Architecte : Yves Weinand Architectes Sàrl

Entreprise bois : GAB Manufacture SA

Adjudicateur du mandat : Etat de Vaud

Provenance du bois : Canton de Vaud, Suisse


Auteur: Violaine Prevost, IBOIS; Sandrine Perroud, ENAC-Mediacom
Source: EPFL