Partager: 

12.10.12 - Le concours d’architecture lancé en 2012 pour l’aménagement de la Place Cosandey de l’EPFL a été remporté par les bureaux Kengo Kuma & associés (Tokyo) et Holzer Kobler Architekturen (Zurich). Leur projet commun, « Under One Roof », rassemblera le Montreux Jazz Lab ainsi qu’un espace Art & Sciences expérimental et un pavillon de démonstrations. La construction de l’ensemble, d’un coût d’environ 30 millions de francs, sera assurée sous la forme d’un partenariat public-privé, par la Confédération avec la participation exceptionnelle de la Fondation Gandur pour l’Art.

Une passerelle de plus est jetée entre sciences et culture. Un nouveau bâtiment, conçu par les bureaux d’architecture Kengo Kuma & associés (Tokyo) et Holzer Kobler Architekturen (Zurich), s’étirera tout en longueur sur la Place Cosandey. L’architecte japonais, auteur de nombreux projets muséographiques au Japon et en Chine et plus récemment du musée du Fonds régional d’art contemporain (Frac) à Marseille, a remporté avec ses partenaires zurichois – architectes et scénographes des pavillons du BarRouge et du Mondial pour Expo.02 et du Musée Arche Nebra en Allemagne – le concours ouvert lancé par l’Ecole début 2012. Il s’agissait de concevoir, sur la Place Cosandey, un ensemble de trois pavillons. L’un destiné à accueillir un espace de démonstration des travaux de l’EPFL, le deuxième dédié au développement de scénographies futuristes pour les musées, et le dernier pour héberger le Montreux Jazz Lab, un espace multimédia d’un genre nouveau. La finale anonyme du concours a accueilli 12 architectes du monde entier, spécialistes de l’architecture pavillonnaire.

« Nous avons proposé de rassembler ces trois pavillons sous un même toit, d’où le nom de notre projet – Under One Roof » explique Kengo Kuma. La simplicité du geste architectural et son ouverture sur la place centrale de l’Ecole ont fait l’unanimité auprès des membres du jury. Le projet retenu accorde une large place à l’utilisation du bois et s’inspire également de l’architecture traditionnelle par son toit recouvert de pierres plates.

Chacun des pavillons disposera de son identité propre, correspondant à ses fonctions.
• Le Montreux Jazz Lab, tout au sud, proposera sur 1400 m2 un Montreux Jazz Café et une salle de spectacle ou de concert, pourvue d’une scène, les deux pouvant être réunis en un très grand volume. Des dispositifs expérimentaux innovants, développés par le MetaMedia Center de l’EPFL et par l’EPFL+ECAL Lab, permettront aux visiteurs de revivre 50 années du célèbre Montreux Jazz Festival.
• L’espace Art & Sciences, d’une surface de 1100 m2, est un nouveau laboratoire d’expérimentation des scénographies du futur. Lumières intelligentes, réalité augmentée ou dispositifs de suivi du regard offriront aux visiteurs des expériences muséales inédites. Deux expositions de ces scénographies seront organisées chaque année, mettant en valeur pédagogiquement des fonds artistiques de la Fondation Gandur pour l’Art ou d’autres collections suisses ou internationales. Le pavillon pourra aussi abriter des artistes « en résidence ».
• Le pavillon de démonstrations, de 550 m2, disposera d’un espace de présentation des technologies et inventions développées par l’EPFL depuis sa fondation en 1969, ainsi que d’une salle de réunion pour recevoir les délégations suisses et internationales que l’école accueille à longueur d’année.


Le coût total de ce nouveau geste architectural s’élèvera à quelque 30 millions de francs. La moitié de ce budget proviendra de la Confédération. Le reste sera financé par des partenaires privés dont la Fondation Gandur pour l’Art. « Nous sommes heureux de participer à la création de ce laboratoire des interactions, se réjouit Jean Claude Gandur. Les musées de demain doivent être capable d’investir davantage sur les interfaces, l’expérience et la pédagogie que sur la quantité d’objets exposés ». Des discussions sont en cours avec le Canton de Vaud pour étendre les collaborations entre le futur laboratoire et le pôle muséal vaudois. Elles permettront d’imaginer des passerelles et des extensions avec le Musée Cantonal des Beaux-Arts et d’autres musées dans le monde, pour donner à ces technologies un terrain d’expression public de grande échelle.

Le même esprit soufflera sur le Montreux Jazz Lab. Le lieu combinera deux éléments de l'ADN du Festival : d'une part le formidable patrimoine numérisé que constituent les archives du Montreux Jazz Festival, démarche conjointe de l'EPFL et de Montreux Sounds soutenue par Audemars Piguet et la Fondation Ernst Göner; d'autre part, un Montreux Jazz Café s’inscrivant dans le concept initié en 2008 par Montreux Jazz International pour prolonger l'expérience unique du Montreux Jazz Festival, mêlant dans un esprit intimiste musique, design et nourriture. « La magie de ce nouveau Café consistera à créer une ambiance et un environnement expérimental propres à nous faire vivre ces grands moments de musique et d'images de concerts et à exporter ces expériences dans nos Montreux Jazz Cafés à travers le monde », ajoute Claude Nobs, directeur et créateur Festival.

La construction de l’ensemble, assurée par le groupe Marti SA, débutera en 2013. L’ouverture des portes, quant à elle, est prévue pour la fin de l’année 2014.

Partager: