Un partenariat avec la Bulgarie sur l'intelligence artificielle

Martin Vetterli a participé au lancement de l'INSAIT à Sofia, Bulgarie. © EPFL 2022

Martin Vetterli a participé au lancement de l'INSAIT à Sofia, Bulgarie. © EPFL 2022

Aujourd’hui à Sofia s’ouvre l’Institute for Computer Science, Artificial Intelligence, and Technology (INSAIT). Ce nouvel institut bulgare est mis sur pied avec la collaboration de l’ETH Zurich et de l’EPFL.

L’INSAIT a l’ambition de devenir un centre scientifique international de référence pour l’informatique, l’intelligence artificielle (IA) et les technologies computationnelles. Il s’agit de mettre en place un centre de recherche d’envergure mondiale, qui puisse attirer les talents locaux et globaux en sciences et en technologie. Ces nouveaux talents peuvent dynamiser la transformation numérique et contribuer à la compétitivité de l’économie en Bulgarie et en Europe orientale.

Le premier Institut de son genre en Europe de l’Est

Tout au long de sa conception, l’INSAIT a bénéficié du soutien et des conseils pertinents de professeurs de l’ETH Zurich et de l’EPFL. Ces derniers continueront à épauler l’Institut avec leur expertise scientifique. En plus des professeurs issus des deux majeures universités technologiques suisses, l’INSAIT bénéficie également de la supervision et des conseils de scientifiques de renommée mondiale dans d’autres institutions de premier plan, dont l’Institut des sciences et technologies d’Autriche (ISTA), le Massachusetts Institute of Technology (MIT), UC Berkeley, Princeton et l’Institut israélien de technologie Technion.

« L’INSAIT est véritablement le premier institut de son genre en Europe de l’Est, explique Martin Vechev, professeur d’informatique à l’ETH Zurich et membre du Centre des écoles polytechniques pour l’intelligence artificielle (ETH AI Center). Pour cette raison, cette initiative pourrait entraîner des changements majeurs. » Le bagage scientifique de Martin Vechev était idéal pour soutenir le projet dès ses débuts. De plus, l’INSAIT s’intègre harmonieusement dans la mise en place des instituts ELLIS (European Laboratory for Learning and Intelligent Systems).

« J’ai dirigé cette initiative pendant ces trois dernières années, mais il y a plus de 20 ans que je m’intéresse à cette idée, explique-t-il. Je suis très satisfait que l’Europe de l’Est puisse finalement disposer d’un institut d’une telle importance. » Il ajoute que des professeurs de l’ETH Zurich et de l’EPFL conseillent les activités d’enseignement et de recherche, pour permettre à l’INSAIT de devenir un centre scientifique d’envergure mondiale.

Des invités de marque à l’inauguration

L’INSAIT se trouve dans la capitale bulgare Sofia. L’Institut a été inauguré officiellement aujourd’hui en présence d’invités de marque des mondes politique, scientifique et économique (lien vers l’inauguration de l’INSAIT). Parmi les participants suisses figuraient le Conseiller fédéral Guy Parmelin, le président de l’ETH Zurich Joël Mesot et le président de l’EPFL Martin Vetterli. Egalement au rang des participants, le président bulgare Rumen Radev et le Premier ministre Kiril Petkov, la Commissaire européenne à l’éducation, à la culture, au multilinguisme et à la jeunesse Mariya Gabriel et la présidente du Conseil européen de la recherche (ERC) Maria Leptin.

La coopération internationale et les échanges ouverts entre cultures et disciplines sont des facteurs essentiels du progrès scientifique. L’ETH Zurich et ses scientifiques y contribuent dans diverses régions du monde et de diverses manières — via des collaborations individuelles et institutionnelles. « La science édifie des passerelles culturelles dont le monde a besoin aujourd’hui plus que jamais, explique Joël Mesot, président de l’ETH Zurich. Je suis ravi que l’ETH Zurich puisse contribuer à renforcer les liens scientifiques avec la Bulgarie et l’Europe à travers les partenariats de ses professeurs. »

Martin Vetterli, président de l’EPFL, évoque avec fierté l’engagement durable de l’EPFL pour soutenir la recherche de haut niveau en Europe orientale. « Cela montre que nous croyons dans le potentiel de pays comme la Bulgarie pour devenir des acteurs de premier plan dans le futur paysage académique, tout particulièrement dans les domaines de l’informatique et de l’intelligence artificielle. »

Pour le Conseiller fédéral Guy Parmelin, à la tête du Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche (DEFR), cette collaboration souligne l’engagement de la Suisse pour renforcer l’Espace européen de la recherche en tant que partenaire actif et fidèle (Communiqué de l’EAER).

Contribuer comme mentors

Avec le soutien financier du gouvernement bulgare et d’entreprises technologiques comme Amazon Web Services et Google DeepMind, l’INSAIT pourra déployer des programmes internationaux de recherche et d’enseignement qui couvrent les fondations et les applications des domaines de l’intelligence artificielle et des sciences informatiques. Il démarre avec une mise de fonds de presque 100 millions de dollars pour les dix prochaines années. La société de technologie SiteGround, ainsi que de nombreux entrepreneurs bulgares, fournissent plus de 7 millions de dollars en soutien.

Parmi les domaines de recherche du nouvel Institut : l’apprentissage machine, le traitement automatique des langues, la vision par ordinateur, la sécurité de l’information, les langages de programmation, les méthodes formelles, l’informatique quantique, les architectures informatiques et autres thématiques connexes.

Les professeurs de l’ETH Zurich et de l’EPFL disposent dans ces disciplines d’une expertise internationalement reconnue, d’envergure mondiale, qu’ils peuvent mettre à contribution dans le cadre de cette collaboration. « A l’INSAIT, les sujets de recherche couvriront tous les domaines de l’intelligence artificielle et des sciences informatiques, explique Martin Vechev. Nous envisageons d’établir un programme master à l’INSAIT, auquel les professeurs de l’ETH Zurich et de l’EPFL pourront contribuer. »

Comme mentors de talents scientifiques et technologiques, les scientifiques de l’ETH Zurich et de l’EPFL se réjouissent de participer à l’effort de l’INSAIT et de pourvoir des perspectives attractives de carrière à la prochaine génération de scientifiques, dans une région où ont émigré la plupart des professionnels hautement qualifiés dans les secteurs technologiques.


Auteur: Florian Meyer / ETH Zurich

Source: EPFL