Aller au site principal

Actualités

Un jeu vidéo pour mesurer l'impact CO2 de nos choix énergétiques

© 2017 EPFL Alain Herzog

© 2017 EPFL Alain Herzog

«Mission possible» combine la rigueur scientifique à la forme ludique pour nous permettre de comprendre quel est l’impact CO2 de nos choix énergétiques personnels. Le jeu vidéo a été présenté en avant-première à l’Exposition universelle d’Astana au Kazakhstan qui a pour thème l’énergie.


Réussirons-nous à baisser nos émissions de CO2 de 50% d’ici à 2030 comparé à 1990 ? Un défi posé par la Suisse et plébiscité par le peuple lors de la récente votation sur la transition énergétique. C’est donc une volonté commune, mais surtout un effort individuel qui aidera la Suisse à atteindre ses objectifs. Pour y arriver, des chercheurs du Centre de l’énergie de l’EPFL ont combiné les données scientifiques du Swiss Energyscope, une plateforme d’information développée par plusieurs laboratoires sur le campus, à un jeu interactif multimédia, sur le thème de l’énergie, proposé dans le cadre de l’Umwelt Arena Spreitenbach en 2014. C’est ainsi qu’une héroïne bien de chez nous, Heidi accompagnée de son grand-père, nous guide en quelques minutes sur le chemin de la rédemption énergétique. Car même si nous, Suisses, avons la sensation de contribuer largement à cet objectif, c’est une fausse impression.

«La Suisse est parmi les plus mauvais élèves en Europe en terme de développement des renouvelables loin derrière les pays scandinaves ou l’Allemagne, affirme François Vuille directeur du développement au Centre de l’énergie. Nous avions l’énergie hydraulique et nous nous sommes reposés sur nos lauriers. » Le chercheur n’est pas en reste d’exemples qui prouvent que nos efforts sont loins d’être suffisants. «En outre, nos bâtiments sont de véritables passoires énergétiques et nous avons le parc atomobile parmi les plus gourmands en carburant d’Europe, largement composés de 4x4 surpuissantes, pas pour grimper les cols de montagne, mais pour traverser les zones à 30km/h en ville.»

«Mission possible» a donc pour but de nous interroger sur notre consommation énergétique personnelle et sur l’impact CO2 de celle-ci en Suisse. Quel mode de transport choisissons-nous : les transports publics, la mobilité douce, la voiture hybride, électrique ou … le gros 4x4 ? Avons-nous pensé à isoler notre maison convenablement ? Se trouve devant nous un certain nombre de choix que notre héros ou héroïne devra cocher pendant son périple tout en s’assurant de garantir l’approvisionnement en électricité. À chacun de ces choix est associé un impact CO2. Mais il y a aussi des réponses qui sont invalidées en cours de route afin de pimenter un peu le jeu. « On peut par exemple choisir le nucléaire, qui est très satisfaisant d’un point de vue du CO2, illustre François Vuille. Mais plus loin dans la progression du jeu, un bloqueur intervient. Il peut le faire à tout moment, reflétant des scénarios réalistes, il force le joueur à revoir ses choix d’approvisionnement.» Le but étant de faire aussi bien si ce n’est mieux que les prévisions suisses dans la Stratégie énergétique de 2050.

Le jeu interactif est présenté à l’Exposition internationale d’Astana dans le pavillon suisse « Flower Power ». Les visiteurs du monde entier et notamment les kazakhs découvrent donc la Suisse par son côté écologique. Une rencontre parfois étonnante pour ceux qui ne s’interrogent pas encore vraiment sur cette question.

Par ailleurs, unne version éducative est en élaboration. Elle sera distribuée dans les écoles afin de sensibiliser les enfants du secondaire dans les cours de géographie et en économie.

Le jeu est d’ores et déjà consultable en ligne à cette adresse http://game.swisspavilion.org/



Images à télécharger

© 2017 EPFL Alain Herzog / Charlène Ruppli & François Vuille
© 2017 EPFL Alain Herzog / Charlène Ruppli & François Vuille
© 2017 EPFL Alain Herzog / Charlène Ruppli & François Vuille
© 2017 EPFL Alain Herzog / Charlène Ruppli & François Vuille

Partager sur

Connexion