Partager: 

01.11.07 - Qu'avez-vous prévu de faire aujourd'hui ? Aller au travail ou à l'école, peut-être faire des courses ou vous rendre à l'étranger pour une réunion de travail ; il se peut aussi que vous sortiez ce soir au restaurant, au concert ou au cinéma. Nous sommes une société en mouvement, et avec l'explosion des émissions de CO2, une question aussi anodine que " comment vous rendre où vous voulez aller " est devenue cruciale.

Le professeur Michel Bierlaire est convaincu que les recherches menées dans le domaine des transports vont apporter de nouvelles solutions. Pour qu'une société soit durable, les conséquences négatives des activités humaines, notamment au niveau de la mobilité des personnes et des biens, devront diminuer substantiellement. Dans cette optique, il préconise des systèmes de transport conduits par la demande, dans lesquels l'exploitation des capacités d'autoorganisation peut modifier radicalement les comportements et, en conséquence, les émissions et la consommation d'énergie. Il imagine ainsi une société " zéro délai " dans laquelle les systèmes de transport seraient conçus pour être avant tout fiables plutôt qu'efficaces, ce qui satisferait les besoins en mobilité tout en réduisant les impacts négatifs sur l'environnement.

Dans son Laboratoire transport et mobilité à l'EPFL, le professeur Bierlaire travaille avec ses étudiants et ses collègues sur trois axes complémentaires de cette vision. Il y a d'abord la recherche opérationnelle qui permet le développement d'outils avancés d'optimisation et de simulation, utilisés dans divers cadres d'applications. Les chercheurs s'intéressent en particulier à la modélisation de la congestion sur l'autoroute pour des véhicules, ou dans des bâtiments pour les piétons. Il y a ensuite, la description et la prédiction du comportement individuel par des modèles de choix discrets, un domaine dans lequel le professeur Bierlaire est reconnu internationalement. Il s'agit ici de reconstituer de manière quantitative la manière dont les gens choisissent, par exemple, leurs trajets (choix de routes et de modes de transport). Enfin, la simulation des systèmes de transport et d'occupation du sol permet d'étudier les schémas de mobilité, avec leurs points de congestion, et d'agir sur les conditions d'accès - à savoir sur la structure du territoire et sa planification. Ces études ont été menées notamment en collaboration avec d'autres unités de l'ENAC.

Partager: