Aller au site principal

Actualités

Succès pour Scientastic qui a ouvert les portes du monde numérique

© 2019 Un enfant captivé par un robot Lego capable de résoudre un rubik's cube. © Gabriel Monnet - Le Nouvelliste

© 2019 Un enfant captivé par un robot Lego capable de résoudre un rubik's cube. © Gabriel Monnet - Le Nouvelliste

Le festival Scientastic a attiré de nombreux visiteurs qui ont pu découvrir les secrets du numérique ainsi que les recherches menées dans les laboratoires de l’EPFL Valais Wallis.

Lire l'article complet dans Le Nouvelliste.

Les sciences ont fait un véritable carton ce week-end, à l’occasion du festival Scientastic organisé par l’EPFL Valais-Wallis. Presque 1000 enfants ont participé aux nombreux ateliers. «C’est deux fois plus que l’édition précédente, nous sommes vraiment contents de cet engouement», s’est félicité Marc-André Berclaz, directeur de l’antenne valaisanne de l’EPFL. Cette année, le thème était «le numérique à portée de main».

Les nombreux visiteurs ont pu découvrir comment et pourquoi le numérique a permis de révolutionner la technologie et la science. «Le but de cette manifestation est vraiment d’intriguer et de donner l’envie aux enfants de découvrir l’univers des sciences», a expliqué Marc-André Berclaz, qui a mobilisé une centaine d’étudiants pour rendre cette manifestation possible.

 

S’il y avait évidemment un côté ludique pour séduire les petites têtes blondes, Scientastic a aussi permis de se rendre compte des incroyables recherches menées dans la capitale. Durant deux jours, plusieurs milliers de visiteurs curieux ont arpenté les différents laboratoires et découvert comment trouver de l’or grâce à une éponge, stocker de l’énergie avec de l’hydrogène, chauffer sa maison via des panneaux solaires dernier cri, etc.

Des yeux qui brillent

«Il a pas l’air de marcher ton truc…» Bastien, 6 ans, défie le chercheur en face de lui. Ce dernier hésite, vérifie un branchement et lance son robot qui résout automatiquement un rubik’s cube. Sourire de soulagement des deux nouveaux complices. Ces scènes se sont multipliées durant le week-end. «C’est génial, on a appris un moyen de crypter des messages pour communiquer par codes, sans que les parents comprennent. Là on doit filer, on va construire un petit robot télécommandé», s’est exclamée Julie avant de fausser compagnie à son papa.

«C’est vraiment superbe tout ce qui a été mis en place. C’est un moyen ludique d’intéresser les enfants. Même s’ils sont encore petits, quand on voit la vitesse à laquelle le temps file, ça peut leur donner des idées pour la suite», s’est réjoui une maman, avant de se faire gronder par son fils parce qu’elle a failli piétiner son nouveau robot. Un petit peu plus loin, séquence concentration pour une vingtaine d’enfants occupés à fabriquer un circuit électrique pour éclairer une petite maison. «Ça nous change des laboratoires. C’est superbe de voir ces enfants complètement absorbés par leur bricolage», s’est exclamée une étudiante pour qui le week-end a aussi été une réussite.

Survoler Manhattan en se prenant pour un oiseau

Voler entre les gratte-ciels new-yorkais à pleine vitesse, remonter d’un battement d’ailes puis reprendre des forces en se laissant planer sur Central Park, c’est possible à Scientastic, grâce à la réalité virtuelle. Sans surprise, les enfants ont adoré cette animation. «Cette activité vise un but ludique, mais la réalité virtuelle a de nombreuses applications pratiques», indique Marc-André Berclaz.

Confirmation juste à côté où un chercheur, casque de réalité virtuelle vissé sur les yeux, se promène dans une ville afin de mieux déceler de potentielles économies d’énergie: «Cette immersion permet de mieux comprendre les choses.»

Il était possible de se prendre pour un oiseau et de survoler la Grosse Pomme grâce à la réalité virtuelle. © Gabriel Monnet

Un petit robot très attachant

Impossible de s’en défaire! Une fois qu’il a scanné votre silhouette, le petit robot vous suit à la trace. Accélérations, changements de direction, bond derrière un panneau, les enfants ont tout tenté, mais sans succès. «Le but de ce petit engin est d’améliorer la prédiction afin d’optimiser la trajectoire», explique l’étudiant chargé de la démonstration.

Le robot pourrait avoir une utilité concrète en portant une valise et en suivant son propriétaire. Il est surtout utilisé pour les véhicules autonomes. «L’idée est d’essayer de comprendre le comportement d’un individu et d’essayer d’anticiper son déplacement.»

Le robot est capable d’anticiper les déplacements de la personne qu’il suit. © Gabriel Monnet

Les parents de retour sur les bancs d’école

Scientastic n’a pas oublié les adultes. Pendant que les enfants bricolaient dans les ateliers, les parents pouvaient suivre une présentation afin de découvrir des astuces pour faire des économies d’énergie à la maison. Grâce à des outils de calcul développés par l’EPFL, il était possible de tester différentes options pour chauffer son domicile.

Le tout sous les conseils avisés du professeur François Maréchal, une pointure dans ce domaine. «Il y a beaucoup de croyances dans ce milieu. De tels ateliers permettent de poser des questions et d’être très souvent surpris des réponses. Surtout lorsque l’on évoque les enjeux financiers pour un ménage.»

Le professeur François Maréchal en train d’expliquer les besoins énergétiques d’un homme. © Gabriel Monnet


Auteur: David Vanquin - Le Nouvelliste
Connexion