Six chaires supplémentaires seront implantées en Valais d'ici 2032

© Olivier Maire/EPFL

© Olivier Maire/EPFL

Avec la signature de l’avenant III à la convention entre l’EPFL et l’Etat du Valais aujourd’hui à Sion, la troisième phase du développement de l’EPFL en Valais est en route. Avec pour ambition commune de créer un pôle de recherche, d’innovation et de formation d’envergure nationale et internationale autour de la transition énergétique verte. L’EPFL s’engage notamment à installer six chaires supplémentaires en Valais, dont deux seront financées par le Canton.

C’est l’histoire d’une collaboration fructueuse. Le 19 décembre 2012, l’EPFL et le Canton du Valais signaient une convention d’implantation du Pôle EPFL Valais Wallis à Sion et posaient ainsi les bases de leur relation. En 2017, l’avenant II a donné lieu à la création du Pôle de recherche sur l’environnement alpin et polaire (ALPOLE), orienté vers les sciences de l’environnement, avec un focus particulier sur les environnements extrêmes, alpins et polaires. Et voici deux ans, dix ans jour pour jour après cet acte fondateur, les partenaires se retrouvaient pour l’ouverture du bâtiment Alpôle.

En un peu moins de dix ans – les premières chaires ayant été implantées en 2015 -, l’investissement du canton du Valais et la confiance que les autorités cantonales ont accordé à l'EPFL ont porté leurs fruits. Le transfert de technologie s'est renforcé dans les secteurs clés du tissu économique valaisan et chaque franc investi par le canton a rapporté plus de trois francs à l’économie locale, comme en témoigne la récente étude de l’EPFL concernant ses activités en Valais.

Les deux premières phases du développement du campus associé EPFL en Valais ont contribué à dynamiser l'économie locale. La forte implication du canton a permis un retour sur investissement rapide et a développé les secteurs clés pour l’économie valaisanne. En contrepartie, l'EPFL a consolidé sa présence, investi au-delà de ce qui était initialement prévu et a développé de solides relations avec les acteurs locaux.

Un pôle pour favoriser la transition énergétique

Neuf start-up ont été créées à partir des technologies développées par des groupes de recherche en Valais, offrant ainsi des emplois à forte valeur ajoutée. Ces start-up positionnent le Valais en haut du classement des cantons les plus innovants et permet d’attirer du capital-risque dans le canton. Le campus associé EPFL Valais Wallis collabore avec la Haute École d’Ingénierie sur une trentaine de projets et sur le transfert de connaissance et de technologies vers le tissu économique. Les start-up issues des laboratoires de l’EPFL sont accompagnées par Cimark, le bras opérationnel de la Fondation The Ark qui soutient leur développement. La chaine de valeur que le canton et l’EPFL souhaitaient mettre en œuvre est aujourd’hui pleinement opérationnelle. Le futur Campus du Pôle Santé ainsi que le futur bâtiment du Parc de l’innovation viendront compléter ce dispositif d’envergure au service de l’innovation. L’EPFL en Valais actuellement, ce sont 15 chaires et plus de 250 collaboratrices et collaborateurs, dont 70% se sont établis sur le territoire cantonal

Fort de ce bilan positif, le Conseil d’État valaisan et l’EPFL ont décidé de poursuivre sur cette voie. Avec la signature de l’avenant III à la convention entre l’EPFL et l’État du Valais aujourd’hui à Sion, la troisième phase du développement de l’EPFL en Valais est officiellement en route. Avec pour ambition commune de créer un pôle de recherche, d’innovation et de formation d’envergure nationale et internationale autour de la transition énergétique verte.

«La signature de cet avenant concrétise notre volonté commune de poursuivre le développement de la véritable success story de l’EPFL en Valais. Je suis convaincu que le pôle de recherche, d’innovation et de formation d’envergure nationale et internationale que nous allons mettre en place autour de la transition énergétique verte connaîtra un succès rapide vu le besoin croissant de réponses à cet enjeu majeur.», se réjouit Christophe Darbellay, chef du Département de l’économie et de la formation.

Le plan académique proposé pour cette nouvelle phase permet ainsi de renforcer l’écosystème valaisan dans le domaine des énergies renouvelables et de la décarbonation, en offrant l’opportunité de compléter les compétences déjà présentes pour positionner le Valais comme un territoire de référence dans ces domaines.

Christophe Darbellay, chef du Département de l’économie et de la formation, Martin Vetterli, président de l'EPFL, et Matthias Gäumann, Vice-président pour les opérations à l'EPFL © Grichting Florian / xflorix-photography

22 chaires et 4 groupes de recherche d’ici 2032

L’EPFL s’engage à installer six chaires supplémentaires en Valais (dont deux financées par le canton) dans les domaines de l’énergie hydraulique, des systèmes de stockage d’énergie, des interfaces/surfaces de matériaux, de la sédimentation des réservoirs, de la décarbonisation ainsi que des matériaux et systèmes de batteries.Sur ces six chaires supplémentaires, le canton du Valais s’engage à en financer l’équivalent de deux. Les sept premières années, l’investissement correspond pour le Canton à un montant annuel de 1,2 millions par chaire et par an, et dès la 8ème année cela représente 2,1 millions par chaire et par an. L’EPFL s’engage à financer quant à elle l’équivalent de quatre chaires. En 2032, le Campus associé EPFL Valais Wallis comptera ainsi vingt-deux chaires et quatre groupes de recherche actifs en Valais.

«La Suisse doit être capable de relever les grands défis tels que le changement climatique et l’approvisionnement énergétique et pour y parvenir, il est important que tous les acteurs se donnent la main : institutions scientifiques, collectivités publiques, entreprises, citoyens. Ce modèle fonctionne très bien dans notre collaboration avec le Valais», constate Martin Vetterli, président de l’EPFL.

Le canton met par ailleurs à disposition gratuitement les locaux et les infrastructures nécessaires pour l’installation des chaires. Dans le cadre de cette nouvelle étape de développement, l’EPFL soutient également la mise en place d’une antenne de la promotion des sciences en Valais.


Auteur: Corinne Feuz

Source: Campus

Ce contenu est distribué sous les termes de la licence Creative Commons CC BY-SA 4.0. Vous pouvez reprendre librement les textes, vidéos et images y figurant à condition de créditer l’auteur de l’œuvre, et de ne pas restreindre son utilisation. Pour les illustrations ne contenant pas la mention CC BY-SA, l’autorisation de l’auteur est nécessaire.


Images à télécharger

Christophe Darbellay et Martin Vetterli © Grichting Florian / xflorix-photography
Christophe Darbellay et Martin Vetterli © Grichting Florian / xflorix-photography
Christophe Darbellay, Martin Vetterli et Matthias Gäumann © Grichting Florian / xflorix-photography
Christophe Darbellay, Martin Vetterli et Matthias Gäumann © Grichting Florian / xflorix-photography
Christophe Darbellay, Martin Vetterli et Matthias Gäumann © Grichting Florian / xflorix-photography
Christophe Darbellay, Martin Vetterli et Matthias Gäumann © Grichting Florian / xflorix-photography
Christophe Darbellay, Martin Vetterli et Matthias Gäumann © Grichting Florian / xflorix-photography
Christophe Darbellay, Martin Vetterli et Matthias Gäumann © Grichting Florian / xflorix-photography

Partager sur