Aller au site principal

Actualités

Mesurer la pollution en pédalant

Yoann Lapijover, Chloe Dickson, Micha Burger et Benjamin Bonnal © 2015 EPFL / Alain Herzog

Yoann Lapijover, Chloe Dickson, Micha Burger et Benjamin Bonnal © 2015 EPFL / Alain Herzog

Des étudiants de l’EPFL ont remporté la deuxième place au concours international de microtechnique iCan avec une lampe à vélo qui permet de mesurer la pollution de l’air.

Quatre étudiants en microtechnique ont inventé un système pour mesurer le C0 et NO2 dans l’air lors d’un trajet à vélo, grâce à un capteur placé dans le boîtier de la lampe. Baptisé BeMap (pour Bicycle Environnemental Mapping), ce petit système permet d’évaluer le niveau de pollution tout au long du trajet, puis d’afficher ces données sur un ordinateur. Un concept qui séduit, puisque le groupe d’étudiants de l’EPFL a remporté la seconde place lors du concours international de microtechnique iCan, cet été à Anchorage (Alaska).

L’utilité première de BeMap est de permettre aux gens qui se déplacent à vélo de choisir leur route, histoire de respirer moins de gaz d’échappements. Mais l’idée est aussi de pouvoir cartographier l’environnement grâce aux relevés effectués par tous les utilisateurs, et de les mettre à disposition sur internet dans une base de donnée open source. «Ces mesures pourront par exemple servir de base à des études environnementales ou touchant à la mobilité», soulignent les étudiants. Chaque trajet à vélo permet de répertorier de 500 à 1000 mesures de pollution, qui peuvent être envoyées en temps réel via une connexion bluetooth.

Jusque dans les ruelles
Les inventeurs de BeMap ont déjà des contacts avec OpenSense, un projet financé par Nano Tera qui mesure la qualité de l’air grâce aux données mobiles. OpenSense a notamment posé des capteurs sur les tram ou les bus à Zurich et Lausanne. «Avec un vélo, nous passons dans des ruelles ou des endroits inaccessibles aux bus. Les données fournies par BeMap permettraient ainsi d’élargir le terrain couvert par ces mesures grâce au crowdsourcing» explique Chloe Dickson, membre de l’équipe du projet BeMap.

A noter que comme le projet est open source, la documentation pour fabriquer BeMap et imprimer le boîtier en 3D sont disponibles gratuitement en ligne. Les étudiants pensent aussi proposer à la vente dans le futur un boîtier tout équipé et prêt à l’emploi.

Les inscriptions pour la prochaine édition du concours iCan, qui se tiendra à Paris en juillet 2016, sont ouvertes jusqu’au 11 décembre. Plus d’informations ici.


Auteur: Sarah Bourquenoud
Source: Mediacom

Images à télécharger

© 2015 EPFL / Alain Herzog
© 2015 EPFL / Alain Herzog
© 2015 EPFL / Alain Herzog
© 2015 EPFL / Alain Herzog
© 2015 EPFL / Alain Herzog
© 2015 EPFL / Alain Herzog

Partager sur

Connexion