« Mes compétences et mes amitiés sont réparties sur le campus »

© Virginie Martin-Nunez

© Virginie Martin-Nunez

Yannick Rochat maintiendra une collaboration interdisciplinaire avec l'EPFL après sa nomination en tant que Professeur assistant en étude des jeux vidéo à l’Université de Lausanne.

Yannick Rochat, collaborateur scientifique et chargé de cours au Collège des Humanités (CdH), vient d'être nommé Professeur assistant en étude des jeux vidéo à l'Université de Lausanne (UNIL) à la Section des Sciences du Langage et de l'Information.

Dans le cadre de sa carrière académique, il a navigué entre l'UNIL et l'EPFL dans un large panel de disciplines différentes. Lorsqu'il a commencé l'université, il était hésitant entre la poursuite d'études en mathématiques et en histoire. Par conséquent, il a travaillé à outrepasser les frontières disciplinaires dans son travail d'universitaire et d'enseignant. Il explique qu'étudier le jeu vidéo est un choix naturel pour quelqu'un qui a des intérêts polycentriques :

« Quand vous créez un jeu, vous créez un univers qui est total. Vous empruntez au cinéma, vous empruntez à la bande dessinée, aux récits, à la photographie, à la musique, c’est un objet qui est complètement protéiforme. Et ça ressemblait à mon propre parcours professionnel. »

Yannick Rochat est titulaire d'un MSc (Master of Science) en mathématiques de l'EPFL et d'un doctorat en mathématiques appliquées aux sciences humaines et sociales de l'UNIL. Il a effectué ses recherches doctorales sur les réseaux de personnages en littérature sous la co-direction de Prof. Frédéric Kaplan de l'EPFL et de Prof. Henri Volken de l'UNIL. Après ses études, il rejoint Frédéric Kaplan à l'EPFL en tant que l'un des tout premiers employés du Laboratoire d'humanités numériques de l'EPFL. Il est ensuite retourné à l'UNIL où il a participé à la fondation du GameLab, un groupe d'étude sur le jeu vidéo, désormais co-organisé par l'UNIL et le Collège des Humanités (CdH) de l'EPFL.

Depuis 2019, Yannick Rochat est basé au CdH, où il a entrepris diverses initiatives de recherche et d'enseignement, y compris un projet financé par le FNS sur l'utilisation des jeux vidéo dans l'enseignement secondaire, ainsi qu'une initiative d'archivage du patrimoine des jeux vidéos en Suisse, Pixelvetica, en collaboration avec le Musée Bolo, Atelier 40a et Memoriav.. Il explique que son va-et-vient entre l'EPFL et l'UNIL démontre que les études du jeu ont une place naturelle dans les deux institutions :

« Les jeux vidéo sont des objets parfaits pour établir des collaborations entre l'UNIL et l'EPFL. La narration, la mise en scène, la modélisation d'environnements ou les connaissances historiques sont des éléments forts dans la composition de ces objets. Ce sont également des domaines dans lesquels l'UNIL possède des connaissances approfondies. En parallèle, à l'EPFL, on rencontre des expert·e·s en programmation, en modélisation mathématique, en simulation de phénomènes physiques, mais aussi en électronique, en architecture, en matériaux ou encore en génie civil, qui sont des compétences utiles en lien avec les jeux vidéo. On l'observe déjà dans le cours Jeux vidéo et gamification, où les étudiants des deux écoles collaborent et s'enrichissent mutuellement : les jeux vidéo permettent de créer des conversations entre ces deux mondes. »

Pendant le confinement, Yannick Rochat a contribué à créer une plateforme d'échanges sur les jeux vidéo entre étudiants et chercheurs de l'EPFL et de l'UNIL à travers un séminaire en ligne, Games on Campus, organisé en collaboration avec Game* et soutenu par le dhCenter UNIL-EPFL. Il a également co-organisé un deuxième séminaire en ligne, Input, Poke, and Save, axé sur la création d'une communauté internationale plus large, au-delà de Lausanne, pour discuter de l'étude des plateformes.

Yannick Rochat conservera des liens forts avec l'EPFL après son retour à l'UNIL : « Mes compétences et mes amitiés sont réparties sur le campus. » Il restera engagé dans les collaborations interinstitutionnelles entre le GameLab UNIL-EPFL et le dhCenter UNIL-EPFL.Il continuera également à dispenser un cours du cursus Sciences sociales et humaines de l'EPFL sur les jeux vidéo et la gamification, en collaboration avec le Dr. Selim Krichane. Il s'agit de l'un des nombreux cours TILT, coordonnés par Selim Krichane, ouverts aux étudiants de l'UNIL et de l'EPFL.

Yannick Rochat prépare en outre deux nouveaux projets collaboratifs qui créeront des liens au-delà de Lausanne. Le premier projet est une initiative conjointe avec la Haute École des Arts de Berne et la Haute École des Arts de Zurich avec comme sujet l'histoire du jeu vidéo suisse, des années 1960 à nos jours couvrant toutes les langues et régions. Son deuxième projet envisagé porte sur l'histoire comparée des jeux vidéo en Autriche, en Allemagne et en Suisse au sein d'un consortium international. Il travaille également sur un projet local qui retracera l'histoire d'un ordinateur suisse, le Smaky, en tant que plateforme qui a soutenu un éventail d'activités éducatives, commerciales et de recherche en Suisse pendant plusieurs décennies et a vu la sortie de certains des premiers Jeux vidéo suisses. En somme, il continuera à travailler pour développer le domaine des études du jeu en tant que plaque tournante de la collaboration interinstitutionnelle et interdisciplinaire à Lausanne, en Suisse et à l’étranger.


Author: Madeleine Dungy
Source: People