Le Center for Digital Trust de l'EPFL tient sa première Assemblée

© 2018 EPFL

© 2018 EPFL

L'Assemblée générale fondatrice du Center for Digital Trust (C4DT) de l'EPFL s'est tenue le vendredi 2 novembre à l'hôtel Starling. Martin Vetterli, président de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), Edouard Bugnion, vice-président pour les systèmes d'information, Andreas Mortensen, vice-président pour la recherche, et James Larus, doyen de la faculté informatique et communication étaient présents. 

Plus de 50 invités ont assisté à l'événement, parmi lesquels des PDG et des directeurs des institutions et entreprises partenaires, ainsi que des professeurs de l'EPFL représentant les dix domaines thématiques du Centre.

Le président de l'EPFL, Martin Vetterli, a donné le coup d'envoi de l'assemblée en soulignant que les données sont le nouveau pétrole à l'ère numérique. Il a ensuite parlé du rôle important que le Center for Digital Trust (C4DT) et la Suisse joueront dans l'établissement de normes et la mise en place d'une plate-forme de services qui renforcera la confiance numérique par l'expertise et la technologie – un des objectifs centraux du Centre.

Un fort potentiel d'amélioration de la protection et de la sécurité numériques

Le CHUV, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), la Fondation Lombard Odier, Byzen, Cisco, ELCA, le Groupe Nagra Kudelski, SICPA, La Poste Suisse, Swiss Re, Swisscom et Swissquote ont confirmé leur soutien au Centre. Désireux d'appliquer les recherches du Centre à leurs besoins et aux exigences réglementaires, chaque partenaire a parlé de la façon dont la numérisation affecte certains aspects de sa mission ou de ses activités. Ils ont également abordé leurs défis en matière de protection de la vie privée et de sécurité. Comment protéger les données dans un environnement hautement connecté ? Comment assurer la confiance dans la technologie ou, comme le disent certains partenaires, dans l'invisible ? 

"La confiance est fondamentale ", explique Jean-Pierre Hubaux, directeur académique du Centre. "Le potentiel d'amélioration de la protection et de la sécurité numériques est élevé par rapport aux solutions technologiques déployées aujourd'hui. En nous appuyant sur l'expertise reconnue de l'EPFL, nous travaillons sur l'application de nouveaux systèmes et méthodes pour répondre aux défis auxquels vous êtes confrontés ", poursuit Professeur Hubaux.

Un hub avec des services dans quatre domaines

L'équipe C4DT a dévoilé les derniers développements du centre – une équipe renforcée, une nouvelle identité visuelle et une structure stratégique. "Suite aux discussions et aux besoins exprimés par les partenaires académiques et industriels, une nouvelle structure avec quatre domaines de services a été développée", a déclaré Olivier Crochat, directeur exécutif du Centre. "Cette structure servira de plaque tournante pour relier la recherche, l'industrie et le gouvernement. 

  • ‘The Factory’ facilitera le transfert de technologie par le biais d'une plate-forme logicielle "proof of concept"
  • ‘The Academy’ échangera des connaissances par le biais de cours et de formations pour une meilleure compréhension de la confiance numérique
  •  ‘The Embassy’ créera une communauté par le biais d'ateliers, de séminaires, de conférences, et d'événements
  • et ‘the Agency’ aidera à découvrir et mettre sur pied des projets entre les laboratoires et les partenaires de l'industrie.

Une approche transversale

A travers des exemples et des projets concrets, les professeurs de l'EPFL ont souligné le potentiel d'amélioration de la protection et de la sécurité numériques. Dix membres du corps professoral ont présenté des technologies et des domaines d'application - démontrant à quoi ressemble la confiance numérique dans des domaines tels que la blockchain, l'apprentissage automatique, la santé, la démocratie et l'humanitaire, les finances et la vérification des logiciels. 

Plus de 30 laboratoires sont impliqués dans la recherche du Centre et sont pour la plupart au sein de la faculté informatique et communications, ainsi que la faculté des sciences de base, de sciences et techniques de l’ingénieur, des sciences de la vie et du collège du management de la technologie.

Annoncé par l'EPFL en décembre 2017, le C4DT est un partenariat entre la recherche, l’industrie, le secteur public et la société civile. Son but est de développer des systèmes numériques qui facilitent les interactions entre institutions politiques ou sociales et offrent protection et sécurité, ceci dans des domaines variés grâce à des outils de protections de la vie privée, de cryptographie, de machine learning ou de blockchain.

Plus d’informations : https://c4dt.org


Auteur: Deirdre Rochat