Partager: 

16.12.13 - Le Programme global Migration et Développement de la Direction du Développement et de la Coopération Suisse (PGMD de la DDC) a récemment lancé le projet « Communauté Tunisienne Résidente en Suisse (CTRS) pour le développement ».
Ce projet vise à promouvoir le développement socioéconomique en Tunisie par la capitalisation des connaissances et des ressources sociales et financières de la CTRS.

Dans ce cadre, le CODEV a récemment mené une étude pilote de cartographie sociodémographique de la CTRS permettant une meilleure compréhension de ses caractéristiques, compétences et ressources, ainsi que ses motivations à participer au développement de la Tunisie. Ces travaux de recherche s’appuient sur des entretiens qualitatifs et un questionnaire pilote mis en ligne.

Forte motivation de la diaspora à contribuer au développement de la Tunisie
Cette étude a montré que les tunisiens empruntent de multiples trajectoires avant de rejoindre la Suisse. Au gré de leur parcours, ils établissent d’importants réseaux sociaux et accumulent un capital social qui favorise leurs expériences de migration et carrières professionnelles.

Ces expériences influent à leur tour sur les investissements et projets d’entreprise que les tunisiens réalisent dans leur pays d’origine. L’étude montre que la CTRS est très soucieuse de contribuer au développement de la Tunisie, et qu’elle s’engage à différents niveaux : les transferts de fonds et investissements financiers, la transmission du capital social et du savoir, la philanthropie et l’aide humanitaire, les intentions de retourner en Tunisie et les activités de plaidoyer politique. En outre, l’étude révèle tant les obstacles qui entravent l’esprit d’entreprise de la diaspora en Tunisie que les facteurs clés qui le favorise. D’une part, nous pouvons observer que les entrepreneurs tunisiens comptent sur l’expérience professionnelle et les compétences acquises en Suisse ainsi que sur leurs liens familiaux. D’autre part, le manque de confiance à l’égard des institutions publiques tunisiennes et l’instabilité politique du pays constituent les principaux facteurs contraignants.

Ces constatations préliminaires suggèrent qu’un engagement politique important est nécessaire afin d’instaurer les conditions et politiques structurelles propices aux investissements de la diaspora. L’étude conclut que tant que les conditions politiques et économiques de la Tunisie seront incertaines, le pays ne pourra pas bénéficier de la migration pour favoriser le développement régional et national.

Pour plus d'information sur le projet, contactez Dr. Gabriela Tejada.

Source:Coopération
Partager: