Share: 

07.12.17 - De nombreux chercheurs se tournent vers la nature pour innover dans le domaine médical. Tour d’horizon de projets «bio-inspirés».

Quand la robotique s’allie à la biologie

[ ... ] La chercheuse Jamie Paik, directrice du laboratoire de robotique reconfigurable (RRL) de l’EPFL, applique cette même philosophie pour imiter, plus que reproduire à proprement parler, des phénomènes naturels. «Je consacre une partie de mes recherches au développement de robots mous en caoutchouc, qui imitent la fonction des muscles humains, sans pour autant en avoir l’apparence, explique-t-elle. Le robot doit pouvoir suivre les mouvements naturels du corps, ne pas être désagréable à porter et, à la fois, être suffisamment rigide pour générer un minimum de force. Il faut donc maîtriser la biomécanique des muscles pour trouver cet équilibre entre mollesse et rigidité.» À l’instar des muscles, qui fonctionnent comme des ballons remplis de sang, ces robots mous, en forme de tubes allongés contenant de l’air, se dilatent et changent de direction en fonction de la pression exercée. Une fois perfectionnée, cette technologie pourrait notamment être utilisée dans la région des muscles obliques et du bas du dos pour aider les personnes souffrant de raideurs.

Author:Anne-Sophie DubeySource:Reconfigurable Robotics Lab
Share: