Aller au site principal

Actualités

HydroContest: l'équipe de l'EPFL sur le podium

Les deux finalistes, suisses. ©Sébastien Jaffaux

Les deux finalistes, suisses. ©Sébastien Jaffaux

Avec leur bateau léger, les étudiants de l’EPFL ont fini deuxièmes, derrière la HES Fribourg, dimanche à Saint-Tropez. Leur bateau lourd a quant à lui remporté le prix de l’innovation de l’HydroContest.

Vingt-huit équipes d’étudiants issus de 15 pays ont participé à la cinquième édition de l’HydroContest, du 2 au 9 septembre à Saint-Tropez. La finale a pris place dans le magnifique vieux port. Dotés de la même batterie, du même moteur et du même contrôleur, les bateaux sont soumis à des courses de vitesse et d’endurance. Chaque équipe devait concourir dans deux catégories: embarcation personnelle (légère) et transport de masse (lourd), avec une charge utile de respectivement 20 et 200 kg.

Heureux et fiers, mais pas comblés, les étudiants de l’HydroContest EPFL Team reviennent de Saint-Tropez avec la médaille d’argent pour leur bateau léger. «La finale s’est jouée au pilotage, précise Sébastien Jaffaux, responsable communication de l’HydroContest EPFL Team. Malgré le fait que notre bifoiler a signé le meilleur temps du parcours bateau léger de l’histoire du concours, Fribourg a réussi à gagner. Bravo à eux!» L'équipe de l'EPFL était composée d'étudiants de la Facutlé des Sciences et Techniques de l'Ingénieur.

Quant au bateau lourd, un navire à effet de surface d’un design inédit dans la compétition, il s’est fait battre en quarts de finale par l’équipe de Centrale Nantes qui a terminé deuxième de la catégorie transport de masse. Cependant, le bateau de l’EPFL n’a pas complètement démérité puisque cet hybride catamaran-hydroglisseur a remporté le grand prix de l’innovation. «Ce sont des longues journées de travail rythmées par de courtes nuits qui sont récompensées, se réjouit Sébastien Jaffaux. Tout comme notre bifoiler, c’est un bateau complexe qui demande du temps pour affiner les réglages. L’aventure continuera l’année prochaine!»


Connexion