Excellence in Africa : succès pour le premier appel à candidatures

© 2020 EPFL

© 2020 EPFL

Le premier appel à candidatures qui porte sur le développement du corps professoral (Junior Faculty) dans les universités africaines – premier pilier de l’initiative Excellence in Africa (EXAF) – vient de se clore le 15 avril. Ce ne sont pas moins de 182 candidats qui ont soumis leur dossier sur la plateforme de l’EPFL. Ce nombre, qui démontre l’engouement suscité par l’initiative lancée conjointement il a y quelques mois par l’UM6P et l’EPFL, est de bon augure pour le succès de cette nouvelle initiative.

« Excellence in Africa », une initiative lancée conjointement par l’UM6P (Université Mohammed VI Polytechnique – Maroc) et l’EPFL, ambitionne de favoriser la recherche scientifique d’excellence sur l’ensemble du continent africain. Premier pilier de l’initiative, le programme « Développement du corps professoral junior » vise à créer des tandems scientifiques composés d’un professeur en début de carrière au sein d’une institution académique en Afrique et d’un professeur de l’EPFL.


Un premier appel à candidatures a été lancé le 31 janvier 2020. Initialement planifiée au 31 mars, l’échéance avait été repoussée de quinze jours en raison de la situation liée au Covid-19. Le moins que l’on puisse dire est que cet appel a rencontré un beau succès, avec la postulation de plus de 180 professeurs basés en Afrique. En observant la répartition géographique des postulants sur la carte ci-dessous, on constate que l’information a très bien circulé dans les réseaux universitaires puisque les institutions des candidats ayant soumis une candidature couvrent la moitié (27) des pays du continent.


« C’est une excellente nouvelle, qui démontre bien l’intérêt suscité par ce programme innovant aux quatre coins de l’Afrique, dans les pays francophones comme anglophones », commente Jérôme Chenal, Directeur académique d’EXAF. « Le grand nombre de candidatures confirme que notre approche originale a été bien perçue par la Communauté académique en Afrique et semble répondre à un réel besoin pour tout le continent ». Il n’y a pas de biais entre Afrique anglophone et francophone ; en effet, parmi les 5 pays avec le plus de candidatures, on trouve 3 pays anglophones. La carte montre également une répartition uniforme entre les pays d’Afrique du nord et d’Afrique subsaharienne.

Répartition des candidatures par pays

Ce premier appel à candidatures est désormais clos et les équipes d’EXAF vont passer à la phase d’évaluation des dossiers. « La sélection se basera entre autres sur les conseils d’un comité scientifique » précise Olivier Küttel, Délégué aux Affaires internationales du Président de l’EPFL. Ce comité contribuera à sélectionner des candidats, sur la base de la qualité de leur dossier de candidature et aussi de la présence d’un professeur à l’EPFL prêt à entrer en collaboration avec le candidat. Les candidats dont le dossier aura rempli ces deux conditions seront invités à soumettre d’ici au 25 août 2020 un projet de recherche conjoint pour la seconde phase d’évaluation. Comme le conclut Andreas Mortensen, Vice-président pour la recherche à l’EPFL, « la nature de l’initiative et son processus étant nouveaux, nous ne pouvons encore présumer de son succès, mais je dois dire que le nombre de candidatures reçues est très encourageant. Il signale que nous nous avons une belle opportunité, par ce programme mené en partenariat entre nos deux universités, d’apporter une contribution tangible à la promotion de l’excellence scientifique en Afrique ».