Partager: 

02.05.16 - Développement urbain et renforcement de compétences.
Avec une population de plus de 10 millions d’habitant, dont 56% en milieu urbain, Haïti est le pays le plus pauvre de l’hémisphère Nord.

En proie à de nombreux changements sur les plans politique et sociaux ces dernières décennies, le pays a été frappé en 2010 par un terrible séisme qui a détruit des quartiers entiers de la capitale et d’autres villes secondaires, faisant près de 220.000 morts, 300.000 blessés et 1,2 millions de sans-abris. C’est moins la magnitude du séisme (7,3 sur l’échelle de Richter) que la vulnérabilité de la population haïtienne, l’absence de planification urbaine et de standards de construction qui expliquent l’impact extrême du 12 janvier 2010.

Face à ces défis, l’université Quisqueya, membre du RESCIF*, et dont les bâtiments ont eux-mêmes été détruits à cette occasion provoquant une vingtaine de décès, a décidé la création d’un centre spécialisé sur le développement urbain et l’aménagement du territoire pour aborder les différentes dimensions de ce domaine complexe.

Mieux comprendre les problèmes de développement

Le Centre de Recherche et d’Appui sur les Politiques Urbaines (CRAPU), créé en mars 2012, souhaite ainsi produire des instruments d’analyse interdisciplinaire des dynamiques urbaines en Haïti, dans la perspective d’appui aux décideurs publics et privés en favorisant une meilleure compréhension des problèmes de développement et de leurs traductions en politiques et actions en faveur de villes plus durables. Cinq axes de recherche déclinent ces intentions : urbanisation et mondialisation ; pauvreté, inégalités et politiques sociales ; gestion urbaine et administration locale ; mobilité, territoire et politiques publiques ; gestion des déchets et propreté urbaine.

L’EPFL, à travers le CODEV, est très impliquée dans le renforcement et le développement du CRAPU. Parmi les grandes étapes de cette collaboration, le CODEV appuyé par la CEAT participe au projet européen de recherche dirigé par l’Université Paris 8, en collaboration avec l’uniQ et l’Université d’Etat de Haïti (autre membre du RESCIF) portant sur Port-au-Prince et intitulé « Entre vulnérabilités et croissances urbaines, constructions d’une métropole caribéenne ».

Abigaïl-Laure Kern, collaboratrice du CODEV et doctorante EPFL a été nommée chercheuse invitée à l’Université Quisqueya et chargée de mission auprès de la direction du CRAPU afin de mettre en synergie ses travaux de thèse sur les trajectoires des villes intermédiaires après 2010 avec les contributions des collègues haïtiens sur ces questions urbaines. De son côté, le professeur J.-C. Bolay, directeur du CODEV, est co-directeur de la thèse d’une jeune chercheuse de l’Université Quisqueya portant sur l’habitat. En qualité de professeur invité, il a organisé une semaine de formation des doctorants haïtiens à la planification urbaine.

Lancement d'un master en urbanisme

Dans la même perspective, le CODEV appuie le démarrage d’un master en urbanisme, dirigé par l’Université Quisqueya et qui représentera lors de son lancement à la rentrée 2016 l’unique formation de ce type dans les Caraïbes. Ce master innovant devrait permettre l’engagement d’enseignants spécialisé sur ces questions urbaines de l’EPFL et d’autres partenaires du RESCIF.

Laboratoire conjoint du RESCIF spécialisé sur l'urbain

Enfin, l’uniQ a proposé aux Présidents des 15 universités membres du RESCIF que le CRAPU, à l’instar de ce qui existe déjà pour l’eau comme pour les questions liant l’énergie et la santé, soit reconnu comme laboratoire conjoint du RESCIF spécialisé sur l’urbain. Accueillie favorablement par l’assemblée des Présidents en novembre 2015, la mise en œuvre de cette nouvelle étape va favoriser de nouvelles collaborations internationales avec le CRAPU et augmenter sa reconnaissance scientifique au plan national comme international.

* Réseau d’Excellence des Sciences de l’Ingénieur de la Francophonie : http://www.rescif.net/

Auteurs:Jean-Claude Bolay, Abigaïl KernSource:Coopération
Partager: