Du gaz plus propre pour le Valais central

© 2020 Le Nouvelliste Sacha Bittel

© 2020 Le Nouvelliste Sacha Bittel

Sion a inauguré vendredi le premier réacteur de méthanation de Suisse installé dans un poste de détente et de comptage. Grâce à ce projet pilote, Gaznat, Oiken et l’EPFL Valais Wallis produisent du gaz de synthèse renouvelable.

Lire l'article complet dans le Nouvelliste.

«En 2050, le gaz sera renouvelable ou ne sera pas.» Directeur général d’Oiken, François Fellay résume les enjeux générés par la mise en service, vendredi à Sion, d’un réacteur de méthanation. Une première au niveau suisse dans un poste de détente et de comptage (PDC).

Intégré dans le réseau du Valais central

Le procédé inauguré dans la centrale en fonction le long de la route des Ateliers permet de transformer en gaz de synthèse renouvelable plus de 99% de dioxyde de carbone capturé. «Le procédé utilisé à Sion et développé grâce aux chercheurs de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) consiste à convertir de l’électricité d’origine renouvelable (solaire, barrage ou éolien) en hydrogène par électrolyse», explique René Bautz, directeur général de Gaznat qui a cofinancé ce projet pilote, soutenu notamment par Innosuisse, l’agence fédérale pour l’encouragement à l’innovation. 

 
 

La méthanation imaginée par les spécialistes de l’EPFL combine l’hydrogène avec du CO2 pour produire, à partir d’un gaz conventionnel acheminé d’Europe du Nord ou de Russie, un produit de synthèse plus propre qui est ensuite chauffé et intégré dans le réseau de distribution d’Oiken. Nés de la fusion de l’Energie de Sion-Région et de Sierre-Energie, Oiken, et ses quelque 470 collaborateurs, accentue ainsi son rôle de moteur de la transition énergétique. Pour le bien de ses 170 000 clients potentiels établis dans le Valais central.

Garantir un approvisionnement durable

Baptisé Power-to-Gas, le procédé utilisé à Sion permet de stocker sous forme de méthane (gaz naturel synthétique) ou d’hydrogène le courant excédentaire produit par des sources d’énergie renouvelable. «C’est une technique prometteuse contribuant à garantir l’approvisionnement énergétique durable de la Suisse», explique le professeur Andreas Züttel.

Avec ce procédé, la combustion du méthane ne va pas émettre de CO2 supplémentaire étant donné que le CO2 libéré correspond exactement à la quantité que le processus tire de l’environnement. «Le réacteur de méthanation installé dans le PDC de Sion fonctionne avec un taux de conversion supérieur à 99% et présente la plus grande efficacité par rapport aux autres produits existants sur le marché.»

Neutralité climatique à l’horizon 2050

Plus d’un million de francs a été nécessaire au développement de ce procédé ces trois dernières années «Initiatrice de ce projet, Gaznat a pour objectif de réaliser à moyen terme un réacteur d’une puissance dix à vingt fois supérieure en vue d’une industrialisation à plus large échelle», projette René Bautz qui rappelle que son entreprise s’est engagée à contribuer à un approvisionnement neutre en carbone d’ici à l’horizon 2050. Soit pile poil dans le calendrier fixé par le Conseil fédéral pour atteindre la neutralité climatique. «La technologie Power-to-Gas comme dans l’installation de Sion offre dès aujourd’hui la possibilité d’optimiser le bilan énergétique industriel tout en offrant une sécurité d’approvisionnement que ne peut garantir le tout électrique», renchérit Gilles Verdan, directeur du Département réseau chez Gaznat.


Auteur: Pascal Guex Le Nouvelliste