Deux scientifiques de l'EPFL présélectionnés pour le Prix A F Harvey

© 2020 EPFL

© 2020 EPFL

Les professeurs Grégoire Courtine et Stéphanie P. Lacour de l'EPFL figurent parmi les cinq candidats présélectionnés pour l'édition 2020 du Prix A F Harvey Engineering Research de l'Institution of Engineering and Technology (IET).

Le Prix A F Harvey Engineering Research est décerné chaque année à un chercheur novateur par l'Institution of Engineering and Technology (IET) en reconnaissance des "réalisations exceptionnelles du lauréat en matière de recherche, d’où qu'il provient dans le monde". Selon l'IET, le prix est « le plus richement doté, attribué à des chercheurs prodigieux travaillant dans les domaines du radar et des micro-ondes, des lasers et de l'optoélectronique ou du génie médical ».

Le prix est décerné depuis 2011, suivant un cycle de trois ans entre les trois domaines en compétition. Les lauréats sont sélectionnés par des groupes d'experts internationaux et, depuis 2016, le prix est doté de 350 000 livres sterling.

Cette année, le prix A F Harvey sera décerné dans le domaine de l'ingénierie médicale. Sur les cinq scientifiques sélectionnés dans le monde entier, deux candidats sont issus du Centre de neuroprothèses de l'EPFL: Grégoire Courtine et Stéphanie Lacour.

Le professeur Courtine travaille sur les neurotechnologies qui restaurent les fonctions motrices après des pathologies du système nerveux central, en particulier les lésions de la moelle épinière, les accidents vasculaires cérébraux et la maladie de Parkinson, à partir d'une étude systématique des mécanismes neuronaux ciblés. Cette approche basée sur les mécanismes repose sur des synergies entre de multiples modèles expérimentaux, incluant des simulations in silico et des expériences in vivo de longue durée sur des modèles de troubles neurologiques chez les rongeurs et les primates non humains, ainsi que sur des études cliniques. En savoir plus.

La professeure Lacour travaille sur la bioélectronique, qui intègre les principes de la science des matériaux et du génie électrique à la biologie, à la médecine ainsi qu’à la santé. Son laboratoire questionne et cherche à faire progresser nos concepts fondamentaux en matière de systèmes électroniques artificiels destinés à assurer l'interface entre le corps humain et le système nerveux. Son groupe conçoit et fabrique des transducteurs dont les propriétés mécaniques sont proches de celles du tissu biologique hôte, de sorte qu'une fiabilité à long terme et une perturbation minimale soient induites in vivo et/ou que des systèmes véritablement portables deviennent possibles. Les interfaces bioélectroniques souples, telles que les électrodes neurales souples et les peaux électroniques, sont validées dans des outils de caractérisation multimodale avancés avant d’être testées in vivo. En savoir plus.

Le lauréat du prix A F Harvey sera choisi parmi une liste de cinq candidats et annoncé en décembre 2020. Le chercheur lauréat prononcera une conférence sur ses recherches au siège de l'IET, Savoy Place à Londres, au printemps 2021.