Share: 

27.03.17 - Formation - Ce 1er mars 2017, l’EPFL a approuvé le règlement d’études du nouveau programme de formation COS (Certificate of Open Studies) en Gestion et planification de la ville africaine menant à un certificat EPFL d’études en ligne.

Structure de la formation
Cette formation comprend une partie théorique et une partie pratique. La partie théorique est composée d’une série de cours MOOCs à suivre, qui doivent être certifiés par un examen en présentiel. Pour la partie pratique, l’étudiant doit réaliser un travail personnel sous la conduite d’un enseignant. L’ensemble de la formation peut être complété en un ou deux ans et correspond à un volume de travail d’environ 600 heures ou à l’équivalent de 20 crédits ECTS.

COS en Gestion et planification de la ville africaine
Premier du genre, ce COS est destiné aux étudiants, aux enseignants, ainsi qu’aux cadres et gestionnaires des multiples secteurs publics et privés de la planification et gestion du développement urbain. Tous les acteurs, tant au niveau opérationnel que décisionnel, trouveront dans ce programme d’études de nombreux outils, des approches clés et des concepts essentiels à un management cohérent de la ville africaine.

Un programme exclusif
Ce COS a été initié par le Dr Jérôme Chenal de l’ENAC, chercheur et enseignant, au bénéfice de plus de 15 ans d’expérience sur le terrain des grandes villes africaines. Le programme de cette formation a été conçu et produit avec la collaboration de plusieurs professeurs africains, notamment de Dakar, N’Djamena et Nouakchott, qui interviennent dans les différents modules spécialisés, de même que des professeurs de l’EPFL.

Objectifs de la formation
Le programme vise à analyser
les enjeux et défis posés par les transformations urbaines en Afrique dans une perspective de développement durable, proposer des méthodes de diagnostic de la ville et des outils de planification appropriés, comprendre les problématiques environnementales de la ville en relation avec les changements climatiques, ainsi qu’à appréhender la gestion et la planification de la ville dans toute sa complexité.

Des pionniers du COS en gestion et planification de la ville africaine
Les premiers étudiants intéressés par ce COS ont déjà suivi un certain nombre de MOOCs faisant partie du cursus villes africaines et les ont validé par un examen en présentiel. L’adoption du nouveau règlement d’études COS par l’EPFL, leur donne ainsi la possibilité de poursuivre leur formation en vue de l’obtention d’un Certificate Of Open Studies.

Témoignage de Jean Bourniquel, ingénieur INPG, a passé cinq examens MOOCs à l’EPFL du 31 janvier au 2 février 2017 : J’ai découvert les MOOC de l’EPFL en recherchant des formations en urbanisme et aménagement. Depuis quelques années, j’ai suivi tout ou partie des MOOCs sur le sujet de l’aménagement des villes. Le seul cours que j’ai trouvé sur la planification de la ville était celui de l’EPFL « Introduction à la planification urbaine », appliqué à l’Afrique. Ensuite je me suis intéressé à d’autres MOOCs que j’ai étudié à fond. Je suis venu à Lausanne depuis St-Nazaire, pour passer ces examens présentiels. Ils permettent une validation formelle de l’EPFL, une université de renommée internationale très active dans la production de MOOCs. L’examen présentiel augmente la crédibilité de la formation suivie et donne consistance au travail de formation que j’ai réalisé. J’ai eu connaissance de la formation COS et cela sera une étape de consolidation de plus de ma formation et mon engagement actuel dans des structures associatives ayant trait à l’habitat et l’urbanisme, car je vise une poursuite de ma carrière dans ce secteur.

Témoignage de Mme Claude Linder, responsable de projets au Service du patrimoine pour l’enfance et l’éducation, Ville de Strasbourg, venue à l’EPFL le 1er février 2017 pour passer deux examens MOOCs : J’ai découvert les MOOCs de l’EPFL en cherchant sur internet des informations correspondant à mes centres d’intérêts. Je m’intéresse aux enjeux du développement de la ville, tant en Afrique qu’en Europe, en lien avec les problématiques environnementales et les questions des migrations. Les études MOOCs me permettent d’acquérir des connaissances complémentaires sur les modèles de développement urbain et sur les techniques d’aménagement du territoire. Construire des réponses aux défis du développement des villes et à leurs ambitions métropolitaines nécessite de comprendre les réalités de terrain mais également de porter son regard vers d’autres environnements, se confronter à des équations différentes et imaginer d’autres perspectives. Les études MOOCs me permettent de replacer les situations rencontrées dans un contexte et une vision plus larges. La comparaison du développement de la ville en Afrique et en Europe apporte des regards croisés très intéressants et passionnants. Ces études me rappellent sans cesse à quel point des équipements bien dimensionnés sont cruciaux pour permettre le développement dans de bonnes conditions et également que l’anticipation est primordiale en matière d’urbanisation. L’EPFL avec les MOOCs qu’elle développe contribue largement à cette réflexion et au partage des connaissances. Grâce à la validation du règlement d’études de la formation COS, elle donne une visibilité au travail entrepris et concrétise un engagement. Il s’agit donc d’un réel investissement qui impose d’y consacrer le temps nécessaire tant pour la préparation, que les déplacements et les examens.

Tarification
L’accès aux cours MOOCs reste gratuit. Seule, la validation des crédits par un examen est payante. Le suivi et la validation du travail personnel sont également payants. Les tarifs sont actuellement en cours d’examen.

Pionnier en Europe
L’EPFL fait figure de pionnier en proposant des formations ouvertes auxquelles chacun a accès indépendamment du niveau d’études antérieures. Les examens présentiels pour la validation des MOOCs ont lieu chaque année en février et en juin. En plus de l’EPFL, les examens peuvent également être passés en Afrique dans les Campus Numériques Francophones (CNF) de l’Agence Universitaire de la Francophonie. Cette initiative s’inscrit dès lors dans une réelle volonté de transfert de connaissances et ainsi répondre aux besoins des apprenants sur place.

Share: