Partager: 

06.10.16 - Les 5 et 6 octobre 2016, une palette internationale de vingt experts issus des milieux académiques et économiques, ainsi qu’une quinzaine de membres du smart living lab, se sont réunis à Gruyères autour des travaux de recherche qui devront aboutir à la construction du smart living building.

Ce bâtiment, qui accueillera le smart living lab dès 2020, devra répondre aux normes environnementales de 2050, soit une étape de la progression vers la société à 2000 Watts. Le programme de recherche Building 2050, auquel participent l’EPFL, la HEIA-FR et l’Université de Fribourg vise à définir les caractéristiques scientifiques de l’édifice, qui comportera des laboratoires, des bureaux et des logements.

L’objectif principal du workshop était de valider et consolider cette étude après 18 mois de travaux, par les apports d’une communauté scientifique internationale, en vue de la transition vers la phase opérationnelle en 2017.

Analyse des travaux de recherche

Les équipes multidisciplinaires de spécialistes se sont penchées sur les axes de recherche Building 2050, soit :

  • une méthodologie d’aide à la conception pour gérer un budget limité de carbone et d’énergie,
  • l’étude du confort ressenti dans divers scénarios de composition de façade (inertie thermique, éclairage, ventilation),
  • l’optimisation du rapport entre la disponibilité des énergies vertes et la demande énergétique du bâtiment,
  • une limitation de la quantité de matériaux dans l’aménagement des espaces de travail,
  • la mise en place d’un processus décisionnel adapté à ce type de projet expérimental.

Recommandations pour la suite du programme

Les experts ont insisté sur l’importance de placer l’utilisateur au centre de tous les choix relatifs au bâtiment, en veillant à proposer un processus décisionnel simple. Plutôt qu’une densification des surfaces de bureaux, une spécialisation des espaces selon le type d’activité est à privilégier. Les logements du smart living building permettront de poursuivre des recherches novatrices dans la mesure où ils feront preuve de flexibilité et d’adaptabilité, et le type de population résidente sera déterminé par les expérimentations à réaliser dans ces habitations.

Dans l’ensemble, les experts ont salué l’originalité et l’exhaustivité des travaux de cette recherche et ont permis de mettre en lumière des axes d’études complémentaires à explorer.

Auteur:smart living lab / EPFL Fribourg / Building 2050 Research GroupSource:EPFL Fribourg
Partager: