Actualités

Benoît Ferrari prend la direction par intérim du Centre Ecotox

Benoît Ferrari a pris ses nouvelles fonctions le 1er septembre. © 2019 EPFL

Benoît Ferrari a pris ses nouvelles fonctions le 1er septembre. © 2019 EPFL

Benoît Ferrari a été nommé directeur par intérim du Centre Ecotox, situé à l’EPFL et à Dübendorf. Expert en écotoxicologie des sédiments, il a pris ses fonctions le 1er septembre 2019. L'actuelle directrice, Inge Werner, restera au Centre Ecotox à temps partiel jusqu'en 2021.

«Je suis honoré d'assumer ce rôle par intérim pour assurer une transition en douceur. C'est un nouveau défi passionnant pour moi et j'espère qu'avec l'aide de tous mes collègues, je pourrai continuer le travail extraordinaire qu'Inge Werner a fait en tant que directrice du Centre Ecotox.» Benoît Ferrari vient d’être nommé directeur par intérim du Centre Ecotox, basé à l’EPFL et à Dübendorf. Il est entré en fonction le 1er septembre.

Etienne Vermeirssen, responsable du groupe d'écotoxicologie aquatique à Dübendorf, restera directeur adjoint. La directrice actuelle, Inge Werner, continuera à travailler au Centre Ecotox avec une charge de travail de 40% jusqu'en août 2021 et attend avec impatience cette nouvelle phase de sa vie. «Cela me permettra de passer plus de temps avec mon mari, qui est retourné vivre en Californie il y a quelque temps, et de continuer à travailler avec ce grand groupe formidable de scientifiques du Centre Ecotox sur des sujets qui me tiennent à cœur.»

De la Lorraine à l’EPFL

Biologiste et biochimiste de formation, Benoît Ferrari obtient son diplôme de doctorat en Ecotoxicologie à l’Université de Lorraine (Metz, F) en 2000 en travaillant sur le développement d’une approche d’évaluation du danger écotoxique des déchets solides. Il part ensuite à Lyon à l'Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture (IRSTEA), anciennement Cemagref, pour intégrer un projet de recherche sur l’évaluation du risque environnemental des produits pharmaceutiques dans les écosystèmes aquatiques.

Il rejoint l'Université de Genève comme maître assistant où il contribue à la création du laboratoire d'écotoxicologie de l'Institut F.-A. Forel dans lequel il élabore un programme de recherche intégrant des approches de laboratoire et de terrain combinant des outils géochimiques et écotoxicologiques pour mieux comprendre l’impact des métaux sur l’environnement.

Benoît travaille ensuite à nouveau à l’Irstea en tant que scientifique chargé d'évaluer la qualité des écosystèmes à l’aide d’approche basée sur la biosurveillance active. Il rejoint le Centre Ecotox en 2013 en tant que responsable du groupe «écotoxicologie des sols et des sédiments», basé à l’EPFL.

Evaluer la qualité des sédiments

Dans le cadre de ses recherches, Benoît Ferrari contribue à mettre en place des systèmes innovants d'évaluation de la qualité des sédiments, à l’instar du système E-board permettant d’exposer des larves de chironomes directement dans les rivières ou les lacs. Il contribue également à promouvoir les approches eDNA pour le suivi de la qualité des sédiments et aide à l'élaboration d'un concept d'évaluation de la qualité des sols.


Auteur: Ecotox / ENAC Communication