Actualités Mediacom

Les bâtiments préfabriqués ont-ils une valeur historique?

© 2012 Photos.com

05.11.12 - L’architecture industrialisée et préfabriquée de l’après-guerre mérite-t-elle d’être rénovée ? Pour répondre à cette question, des architectes de l’EPFL ont mené pendant trois ans une étude pionnière consacrée à la restauration des bâtiments modernes.

Si la question de la qualité architecturale des constructions historiques est largement aquise, l’évaluation de la valeur historique des bâtiments modernes est loin d’être aisée. Le «préfabriqué» garde, aujourd’hui encore, une image indéniablement négative associée à du peu solide, pas beau, mauvais matériau, isolation phonique et thermique moindres, etc… «Les gens qui y ont vécu sont difficilement objectifs, ils y voient surtout des inconvénients», expliquent Franz Graf et Giulia Marino architectes au Laboratoire des techniques et sauvegarde de l’architecture moderne (TSAM). «Notre rôle est de poser un jugement scientifique sur cet héritage.»
Les chercheurs, spécialistes du patrimoine moderne viennent de terminer un travail de trois ans sur la question de la restauration de l’architecture récente. Il donnera lieu à un ouvrage de référence destiné aux architectes. Un projet ambitieux mené en collaboration avec l’Accademia di architettura de Mendrisio, l’EPFZ et l’école technique de la Suisse italienne, la Supsi.

La rénovation est un acte architectural
L’après-guerre a vu l’émergence de la production de masse, il fallait reconstruire et vite, sans se soucier d’une certaine fragilité technique de l’ouvrage. Aujourd’hui on construit de manière plus complexe. C’est une réponse responsable à un problème économique et écologique. «Contrairement aux idées reçues, il est globalement moins cher de rénover que de tout raser et reconstruire» précise Franz Graf.
Les chercheurs ont donc répertorié les méthodes de fabrication des bâtiments en Europe des années 20 aux années 70.

Pour Giulia Marino, il n’existe pas de méthode idéale de rénovation, chaque cas est unique, «quand on applique des solutions standard, on détruit le patrimoine». Les écoles des années 60 en sont une très bonne illustration. Elles ont été construites selon les normes de l’époque, mais sont considérées aujourd’hui comme inconfortables et énergivores. Leur rénovation demande un véritable projet d’architecte qui doit respecter le travail d’hier en y incluant les exigences d’aujourd’hui.

La notion de «confort »
La rénovation d’un bâtiment contemporain doit prendre en compte de nombreux aspects historiques et de besoins humains, comme le confort thermique ou la luminosité. «Quand on restaure, que fait-on ? Quel type de source lumineuse prend-t-on ? En 50 ans nous avons utilisé l’ampoule à incandescence, les halogènes, les lampes économiques et maintenant leds.» On ne peut remplacer un dispositif par un autre sans considération quant à la qualité et à l’intensité de la lumière artificielle et de l’espace qu’elle éclaire.
En ce qui concerne le confort thermique on s’est habitué à vivre dans des intérieurs chauffés à 22 degrés. Les gens ne supporteraient pas de revenir aux conditions d’il y a quelques dizaines d’années.

C’est l’augmentation du niveau de vie, dès les années 20 et 30 qui a amené la notion de confort moderne dans les habitations. Le chauffage central a progressivement remplacé les cuisinières à charbon. L’électricité a fait pénétrer la lumière dans les habitations.

Pour les générations futures
Comment préserver l’ambiance d’une époque en satisfaisant au confort d’aujourd’hui ? Il y a des méthodes rationnelles qui permettent d’évaluer la qualité des bâtiments. La cité du Lignon à Genève, où habitent quelque 6500 personnes, est un exemple typique de ce que l’architecture industrialisée a pu réaliser. Le gigantesque complexe, le plus long d’Europe, érigé dans les années 60 témoigne de son époque, celle du baby-boom, des villes qui s’étendent sur leur territoire, de l’émergence de nouvelles cités. Méthodes et techniques existent pour l’adapter aux exigences énergétiques actuelles tout en respectant les qualités architecturales de l’ensemble.

«En produisant de la connaissance on peut faire comprendre au public qu’il y a des constructions qui ont un intérêt pour les générations suivantes», conclut Franz Graf.

Retourner à la page précédente

Images à télécharger

  • La cité du Lignon
  • La Step d'Aïre 1965
Alumni
Olivier Glauser
Diplôme
Master en Informatique et systèmes de communication 1994
Parcours
1994 - 1996 HP
1996 - 1998 Phillippe Moris
1998 - 2005 MBA Universite de Harvard
2005 - 2009 ROTH Cl Partners
Fonction
Directeur général de Streamboat Ventures, Pékin

Contacts

Olivier Gauser
Steamboat Ventures
222 Hu Bin Road, Shanghai 200021
Tel: 86 (21) 2308 1800
olivier.glauser@steamboatvc.com
A3 EPFL
Rolex Learning Center
Case postale 122
1015 Lausanne 15
Tel: +41 (0)21 693 24 91