Partager: 
© LEDsafari

14.04.14 - La lampe solaire développée par la start-up LEDsafari constitue une manière de s’éclairer plus efficace, plus sûre et moins onéreuse que la lampe à pétrole traditionnellement utilisée par plus d’un milliard de personnes dans le monde. Partie intégrante du programme de cette jeune start-up lausannoise, un atelier formatif de trois jours dispensés par des globe-trotter formés par la start-up est organisé sur place afin de sensibiliser et de former les populations bénéficiaires.

Pour pallier aux nombreux problèmes que posent les lampes à pétrole utilisées par 1,6 milliard de personnes dans le monde, LEDsafari a mis au point un ingénieux système de lampe à faire soi-même avec du matériel à disposition sur place tels que fil électrique, batterie de téléphone portable et bouteilles vides. Plus de 200 personnes en Inde, au Kenya et en Tanzanie ont ainsi réalisé grâce à l’atelier l’avantage économique et sanitaire de cet ingénieux système et s’éclairent déjà quotidiennement grâce à ce procédé.

L’utilisation du kérosène pose de nombreux problèmes. Financiers d’abord: les 2 à 3 dollars par semaine dépensés pour le carburant représentent souvent 20% du budget de la famille. Sanitaires également : très toxique lorsqu’il brûle, une utilisation journalière correspond à l’inhalation de la fumée de 40 cigarettes, augmentant souvent le risque de maladies pulmonaires graves d’après une récente étude de l’Université de Berkeley. Au niveau global c’est 265 millions de tonnes de CO2 qui sont dispersées dans l’atmosphère. A cela s’ajoute le danger de l’installation qui cause chaque année de graves brûlures à des millions de personnes.

La mise au point d’un nouveau système d’éclairage pour le Tiers-monde se heurte à deux problèmes récurrents : le coût et l’intégration à long terme de celui-ci dans la vie quotidienne. Govinda Upadhyay, doctorant au Laboratoire d’énergie solaire et physique du bâtiment, a eu la lumineuse idée de mettre au point une lampe réduite à l’essentiel mais efficace. Conçues pour pouvoir être fabriquées par tout un chacun, ces lampes ne nécessitent quasiment que du matériel présent localement. Seuls les panneaux solaires sont commandés à l’étranger. Cinq à six heures de chargement au soleil suffisent à donner quatre à cinq heures de lumière.

Aucun brevet ne pèse sur le système mis au point par le chercheur. Du câble électrique, une batterie de téléphone portable, un bouton on/off et des LED sont nécessaires. L’abat-jour peut-être personnalisé: bouteilles vides, boîtes de diverses formes etc. Un concept déjà éprouvé puisque le fondateur de la start-up et son équipe, Elisa Wepfer, Vincenzo Capogna, Naomi Savioz et Parag Rastogi, se sont déjà rendus dans plusieurs régions d’Inde, de Tanzanie et du Kenya pour divulguer ce savoir. Le jeune doctorant compte sur les globe-trotters pour diffuser son savoir-faire.

Le matériel nécessaire pour fabriquer 100 lampes pèse 1kg : facile à transporter dans ses bagages. « Les globe-trotters qui souhaitent joindre l’utile à l’agréable peuvent suivre un jour de formation auprès de la start-up en Suisse, souligne-t-il. Ils iront ensuite dispenser leurs nouvelles connaissances dans un village des pays en développement durant trois jours avant de poursuivre leurs vacances. Ça ajoute une touche humanitaire que les amateurs de voyage hors des sentiers battus aiment bien. »

Pour aborder au mieux le concept de développement durable auprès des populations bénéficiaires et favoriser ainsi leur compréhension de l’importance de l’énergie solaire, Govinda a développé une méthode d’apprentissage centrée sur la lampe. Il commence par la sensibilisation aux problèmes que cause la lampe à kérosène à la santé et à l’environnement à l’aide d’exemples très concrets, de manière à ce que les gens comprennent pourquoi il est important de changer de manière de faire. Il aborde également le thème du recyclage des déchets liés aux lampes. La seconde journée de l’atelier est consacrée à l’apprentissage du montage des lampes. Chaque personne va ensuite pouvoir enseigner ce nouveau procédé à d’autres membres de sa communauté. « C’est important que l’apprentissage vienne aussi des gens eux-mêmes, qu’ils s’approprient le système et que ce ne soit pas un élément importé des pays riches qu’ils oublient aussitôt. Trois jours, c’est tout ce que nécessite la formation de tout un village à la fabrication de ces lampes. »

Partager: