Partager: 

05.05.11 - Sur les 26 projets déposés le 4 décembre 2010, l’Union européenne a retenu deux défis de l’EPFL pour le tour ultime de sélection. Dévoilés ce mercredi 4 mai à Budapest, les finalistes pourraient recevoir une bourse "Flagship Future and Emerging Technologies" (FET 11) approchant le milliard d’euros.

Les flagships européens sont des bourses de recherches sans équivalent dans le monde. Ils offrent un soutien de près d’un milliard d’euros sur dix ans. Ils seront attribués par l’UE dans le cadre du programme Future and Emerging Technologies (FET). Sous la présidence hongroise, la Commission européenne a annoncé avoir présélectionné six projets en Europe, dont deux à l’EPFL. Les candidats ont jusqu’à la fin de l’année pour affiner leur proposition et convaincre.

Guardian Angels – les technologies quotidiennes de demain

Le projet Guardian Angels, mené par les équipes d’Adrian Ionescu (EPFL) et de Christopher Hierold (ETHZ), a pour ambition d’imaginer et de produire des composants électroniques radicalement nouveaux : autonomes en énergie, intégrés à notre quotidien et peu coûteux. Cette vision d’avenir implique une miniaturisation, l’utilisation de ressources inattendues – mouvements du corps humain, lumière, variation de température – et l’intégration parfaite aux objets courants. Les nouveaux capteurs pourront facilement assurer le confort et la sécurité de tous.

Human Brain Project – simuler le cerveau humain

Le Human Brain Project, successeur du Blue Brain, ambitionne de créer une simulation du cerveau humain – un outil révolutionnaire pour les recherches en neuroscience. Pour y parvenir, le groupe d’Henry Markram (EPFL) va développer des technologies inédites. En médecine par exemple, une plateforme de recherche et de test servira à mettre au point de nouveaux médicaments et des traitements adéquats. En informatique et en robotique, les chercheurs s’inspireront des incroyables capacités cérébrales de l’homme. Les scientifiques préparent une véritable révolution technologique qui améliorera la qualité de vie et visera, à terme, à simuler un cerveau humain complet.

Ces projets dirigés par l’EPFL fédèrent plusieurs équipes européennes. Des collaborations indispensables. « Cette masse critique d’experts de différents pays européens est nécessaire pour résoudre les défis de notre société », explique Henry Markram. C’est également une occasion unique pour l’Europe de rester dans le peloton de tête mondial technologique. Comme le souligne Adrian Ionescu, «En rassemblant universités et industries de haut niveau en Europe, les recherches à long terme sur l’énergie et les nanotechnologies deviendront réalité ».

Liens :
http://www.fet11.eu
http://www.ga-project.eu
http://www.humanbrainproject.eu

Auteur:Nicolas GuérinSource:Mediacom
Partager: