Partager: 
© 2016 Adventure ski touring/Jamani Caillet

03.02.16 - Grâce à un petit écran fixé sur les lattes, le passionné de ski de randonnée peut voir diverses informations enregistrées par des capteurs durant la course. Durée et nombre de virages à la montée, cadence ou encore symétrie des pas s’affichent sur le dispositif développé par une spin-off de l’EPFL et un équipementier de la région.

Aussi petit que léger, le dispositif mis au point par une spin-off de l’EPFL et un équipementier de la région se fixe sur les skis de randonnée. Truffé de capteurs et doté d’un écran fixé sur les skis, il affiche en alternance diverses informations concernant la performance et l’environnement immédiat. Le sportif accaparé par l’effort connaît ainsi, en temps réel, la durée de ses virages à la montée, sa cadence, la symétrie de ses pas, la température de la neige, etc. Le skieur peut ainsi adapter sa course et/ou programmer des objectifs à atteindre.

Accéléromètre, gyroscope, baromètre… Le boîtier appelé «Pomocup» est capable grâce à ses capteurs d’enregistrer 1400 données à la seconde. Il calcule notamment le mouvement des skis en 3 D par rapport à la pente, et entre eux lorsque deux boîtiers sont utilisés simultanément. «Dans le ski de randonnée, un détail permet d’obtenir une bonne précision relativement aisément: lorsqu’un ski glisse, l’autre est immobile durant un laps de temps suffisamment long pour permettre aux algorithmes de corriger les erreurs», explique Benoît Mariani, cocréateur de Pomocup.

La poudreuse ne recouvre-t-elle pas le petit écran fixé à même les lattes lors des randonnées ? «Les traces sont déjà marquées avant le passage des compétiteurs. De plus grâce à la forme arrondie du dispositif, la neige glisse rapidement sur les côtés», assure le jeune entrepreneur. Ce fervent amateur de ski de randonnée développe depuis quelques années, avec sa start-up, des capteurs d’analyse de mouvement dans un but médical, préventif ou sportif. Associé avec Pomoca, spécialiste de l’équipement de peau de phoque, il a fini d’adapter son système dont il avait déjà amorcé une première version durant ses études de microtechniques sur le campus.

Une aide pour les guides de haute montagne
Dans sa version professionnelle, le dispositif est également destiné aux guides de haute montagne qui peuvent ainsi voir divers éléments sans s’arrêter ni enlever leurs gants pour sortir d’autres appareils. «Ils utiliseront plutôt des données telles que la température de l’air et de la neige et l’inclinaison de la pente, dans un but de prévention des avalanches », souligne Benoît Mariani.

Les enregistrements sont bien entendu disponibles sur une application qui peut être consultée, à l’image de celles prévues pour la course à pied, sur un smartphone, une tablette ou un ordinateur. Les performances, qu’elles soient professionnelles ou amateures, peuvent ainsi être analysées à tête reposée. Voire partagées avec des amis sur les réseaux sociaux.

Un appel au crowdfounding est lancé sur kickstarter afin de permettre la fabrication de 350 appareils. Il est ouvert jusqu’au 29 février dans le but de rassembler les 50'000 francs nécessaires.

Partager: